NOUVELLES

Un foyer sur dix dangereusement exposé au radon

03/06/2014 08:22 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Plus de 11 % des foyers canadiens affichent un taux de radon jugé dangereux, et leur nombre serait deux fois plus élevé si les normes canadiennes étaient aussi sévères que celles de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), montrent des données fédérales.

Des données de Santé Canada sur quelque 14 000 édifices analysés à travers le pays montrent que des quantités dangereuses de radon dans l'air ont été enregistrées dans 1557 foyers canadiens.

Le cancer du poumon lié au radon tue environ 3000 Canadiens chaque année, selon la Société canadienne du cancer. Ce gaz radioactif est inodore, incolore et peut donc nuire gravement à la santé en passant inaperçu durant des années. Il constitue la deuxième plus grande cause de cancer du poumon, d'après Santé Canada.

Pour être jugé dangereux par Santé Canada, un taux de radon dans l'air doit atteindre ou dépasser 200 becquerels par mètre cube. Par contre, pour l'OMS, le taux de radon dans l'air devient dangereux dès 100 becquerels par mètre cube.

Si le Canada abaissait son seuil de tolérance à celui de l'OMS, 2514 foyers supplémentaires afficheraient un taux dangereusement élevé de radon. Leur nombre passerait alors à plus de 4000, soit une maison sur trois.

Le nombre de décès par exposition à long terme au radon se compare à celui d'autres causes de mort accidentelle comme la noyade, l'empoisonnement ou le feu, indique une représentante du Bureau de la protection contre les rayonnements des produits cliniques et de consommation de Santé Canada, Kelly Bush.

« Il existe beaucoup d'apathie en ce qui concerne le radon. C'est très difficile d'amener les gens à y faire attention, car on ne peut pas le voir ni le sentir ni le goûter. » — Kelly Bush, Bureau de la protection contre les rayonnements des produits

Êtes-vous dans une zone à radon élevé ? : CBC a préparé une carte interactive des endroits testés. Les internautes peuvent entrer un code postal et vérifier s'il se trouve dans une zone à forte concentration de radon. La carte est disponible ici, en anglais.

Mosaïque de normes

Santé Canada a lancé sa première campagne de sensibilisation au radon, l'automne dernier. Le ministère recommande à tous les Canadiens de faire tester leurs maisons, mais leur laisse le soin de le faire et de divulguer les résultats.

D'autres pays sont allés plus loin. Au Royaume-Uni, toute personne désirant vendre une maison doit divulguer si celle-ci se trouve dans une zone touchée par le radon. Plusieurs États américains exigent la même chose. Le Canada a flirté avec l'idée d'obliger une telle divulgation dans toute transaction immobilière, mais a abandonné cette approche en raison de préoccupations soulevées par des acteurs de l'industrie.

Certaines municipalités ont adopté leurs propres exigences, mais la rigueur est inégale. Le Québec est la seule province à mesurer la présence de radon dans toutes ses écoles publiques.

Le Canada devrait rendre sa réglementation plus sévère, en plus d'aider financièrement ses citoyens à se débarrasser du radon dans leurs maisons, juge la professeure en science de la santé Anne-Marie Nicol. Le gouvernement devrait également s'assurer que tout nouvel édifice respecte les codes du bâtiment, vérifier les immeubles à logement et imposer des exigences à leurs propriétaires, estime l'experte de l'Université Simon Fraser.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les plus belles maisons du Canada