NOUVELLES

Des jeunes indépendantistes veulent ramener la souveraineté à l'avant-plan

03/06/2014 11:48 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les jeunes indépendantistes avalent de travers l'étiquette fédéraliste qu'on essaie d'accoler à l'ensemble de leur génération.

«Il n'y a rien de mieux que de mettre les jeunes dans une petite boîte avec une étiquette pour les faire sortir. (...) Il n'y a rien de mieux, en fait, que de leur dire non pour qu'au contraire, ils commencent à se poser des questions», a analysé la candidate péquiste défaite Martine Desjardins.

Comme la vingtaine de jeunes indépendantistes qui l'entouraient, mardi matin, Mme Desjardins a été «piquée au vif» par les résultats d'un sondage CROP-La Presse témoignant d'un désintérêt massif face à l'option souverainiste chez les jeunes de 18 à 24 ans.

Le coup de sonde effectué en ligne entre le 9 et le 20 mai conclut que 69 pour cent des 500 répondants auraient voté Non à un référendum sur la souveraineté.

Martine Desjardins n'en a cure. Elle refuse de se laisser démonter par un sondage: «C'est pas vrai que je vais tolérer qu'on mette une étiquette sur ma génération», a martelé l'ancienne leader étudiante âgée de 32 ans, en conférence de presse à Montréal.

Son ancien compagnon d'armes Léo Bureau-Blouin estime pour sa part que l'on doit «décomplexer» le discours souverainiste et cesser d'en parler uniquement dans une perspective référendaire — ce qui, d'après son analyse, a contribué à la débâcle électorale du Parti québécois (PQ) le 7 avril dernier.

Celui qui brigue la présidence du Comité national des jeunes du PQ déplore que l'on parle toujours du «maudit référendum» et des «chicanes» dès qu'il est question de souveraineté.

«Quand a-t-on dit, par exemple, que chaque année on envoie 50 milliards de dollars à Ottawa, qui sont dépensés par des politiciens canadiens à la Stephen Harper qui ne représentent pas nos convictions, qui ne représentent pas nos valeurs?»

Aux yeux de Léo Bureau-Blouin, la souveraineté du Québec est par ailleurs tout aussi pertinente de nos jours dans un contexte de mondialisation qu'il y a quelques décennies.

Et il espère que la sortie d'aujourd'hui donnera le ton à la campagne de séduction que les jeunes indépendantistes devront déployer pour renverser la vapeur.

«Nous avons quatre ans, à partir d'aujourd'hui, d'ici les prochaines élections, pour imposer ce thème de la souveraineté, imposer ce thème de liberté d'un pays nouveau, de nouvelles institutions démocratiques», a-t-il lancé, se disant convaincu de pouvoir «faire mentir les pronostics» et les sondages.

De son côté, Alexandre Leduc, qui s'est présenté sous la bannière de Québec solidaire (QS) lors des deux dernières campagnes électorales, a suggéré que tous les partis souverainistes devraient «monter dans le même autobus du Oui» dans l'éventualité où l'on assisterait à une nouvelle campagne référendaire.

Il n'est toutefois pas allé jusqu'à appuyer l'idée d'une coalition entre le PQ et QS.

«Mon parti a voté à deux reprises contre (...) et votera certainement (de la même façon) une troisième fois si le sujet revient», a-t-il reconnu, plaidant que la coexistence de plus d'une formation souverainiste sur l'échiquier politique québécois était tout à fait souhaitable.

Les partis politiques sont des véhicules importants pour faire la promotion de la souveraineté, mais ils ne sont pas les seuls à pouvoir mener le combat, a par ailleurs fait valoir le président de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, Maxime Laporte.

Selon lui, on assiste actuellement à une mobilisation au sein des mouvements citoyens comme celui qu'il dirige. Projets de webtélé et porte-à-porte figurent parmi les offensives qui seront menées sur le terrain pour rallier la population au projet de pays, a indiqué M. Laporte.

«Regardez-nous bien aller», a-t-il prévenu.

PLUS:pc