NOUVELLES

Complot contre Via Rail: Abassi plaide coupable à des accusations réduites à NY

03/06/2014 08:23 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

NEW YORK, États-Unis - Un ancien étudiant au Canada, arrêté l'an dernier aux États-Unis en lien avec un complot allégué visant à attaquer un train de Via Rail, a plaidé coupable, mardi, à des accusations réduites liées aux lois sur l'immigration.

Ahmed Abassi, un ex-étudiant de l'Université Laval originaire de la Tunisie, était initialement accusé d'avoir comploté pour mettre sur pied une cellule terroriste aux États-Unis. Selon les procureurs, il a contribué à radicaliser l'un des hommes accusés au Canada d'avoir comploté pour attaquer un train circulant entre les deux pays.

Chiheb Esseghaier, un Tunisien qui faisait de la recherche doctorale au Québec sur les nanocapteurs, et Raed Jaser, un résident permanent d'origine palestinienne, devraient subir leur procès l'an prochain à Toronto pour des accusations liées au terrorisme.

Les procureurs américains allèguent qu'Ahmed Abassi a rencontré régulièrement aux États-Unis Chiheb Esseghaier et un agent double de la police fédérale américaine (FBI). Ils affirment qu'Abassi voulait rester aux États-Unis pour développer un réseau de terroristes destinés à commettre des attentats internationaux.

La défense a accusé le gouvernement d'incitation au crime, affirmant que l'agent double avait attiré Abassi aux États-Unis en promettant de lui fournir un appartement luxueux et de l'aider à obtenir un visa canadien afin qu'il puisse retrouver sa femme au Québec.

Abassi a déclaré à une juge fédérale de Manhattan, mardi, qu'il avait menti sur les raisons pour lesquelles il s'est rendu aux États-Unis quand il a discuté avec un agent fédéral en 2013 et quand il a rempli une demande de résidence permanente aux États-Unis.

«J'ai dit que j'allais travailler dans le domaine de l'immobilier, a-t-il déclaré à la cour. Ce n'était pas vrai.»

L'homme est passible d'une peine maximale de six ans de prison. Le prononcé de sa sentence se déroulera le 23 juillet mais il pourrait être libéré et immédiatement déporté si le juge accepte de prendre en considération le temps qu'il a déjà purgé en prison, comme le réclame la défense.

Abassi a été arrêté à New York en avril 2013, un an après l'arrestation d'Esseghaier et de Jaser au Canada. Des informations initiales émanant des autorités américaines indiquaient qu'il était entré aux États-Unis en provenance du Canada à la mi-mars.

Mais le ministre canadien de l'Immigration de l'époque, Jason Kenney, avait laissé entendre plus tard qu'Abassi ne pouvait pas être arrivé aux États-Unis en provenance du Canada. M. Kenney a indiqué que quand le gouvernement avait été mis au courant des inquiétudes de sécurité entourant Abassi, celui-ci se trouvait en Tunisie et son permis d'études au Québec n'a pas été renouvelé.

PLUS:pc