NOUVELLES

Le bilinguisme aurait des bienfaits à long terme sur la cognition, selon une étude

03/06/2014 01:00 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT
AP
FOR SPANISH STORY PROGRAMAS BILINGUES - FILE - In this Feb. 22, 2005 file photo, Kasandra Herrera, 6, reads a book in Spanish in Bianca Alvarez's dual language first grade classroom at Northwest Elementary School in Dodge City, Kan. The Dodge City district has the highest bilingual enrollment in the state seeing a dramatic increase in the town's Hispanic population in the past ten years. Funding for bilingual related programs is set to increase next year in both House and Senate school finance proposals as lawmakers strive to meet a Supreme Court deadline of April 12 to increase school funding. (AP Photo/Charlie Riedel, File)

MONTRÉAL - Le bilinguisme a un impact bénéfique à long terme sur la cognition, démontre une nouvelle étude.

Des chercheurs écossais ont analysé des données récoltées en 1936 auprès de 835 anglophones de la région d'Édimbourg. Les participants ont été soumis à un test d'intelligence en 1947, alors qu'ils étaient âgés de 11 ans, puis à un autre test entre 2008 et 2010, alors qu'ils entamaient leur huitième décennie de vie.

Deux cents soixante participants ont indiqué être en mesure de communiquer dans une langue autre que l'anglais, dont 195 qui l'avaient apprise avant l'âge de 18 ans et 65 après.

Ceux qui parlaient deux langues ou plus ont offert des performances cognitives nettement supérieures à ce à quoi on aurait pu s'attendre. L'impact positif le plus marqué a été décelé en intelligence générale et en lecture. Les bienfaits ont été décelés autant chez ceux qui ont appris une deuxième langue tôt dans leur vie, que plus tard.

L'étude est publiée par le journal médical Annals of Neurology.

INOLTRE SU HUFFPOST

La Loi 101 au Québec