NOUVELLES

25 ans de Tiananmen: Washington appelle Pékin à libérer tous les militants

03/06/2014 05:23 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont demandé mardi à la Chine de libérer tous les militants qu'elle a emprisonnés récemment à l'approche du 25e anniversaire de l'écrasement du mouvement de Tiananmen.

La porte-parole du département d'Etat Marie Harf a souligné que la Chine était un pays en plein développement et qu'elle devrait accorder plus de place au dialogue politique, alors que les autorités de Pékin ont renforcé la censure et la répression ces derniers jours.

"Nous avons clairement appelé les autorités chinoises à relâcher tous les militants, journalistes et juristes qui ont été emprisonnés à l'approche du 25e anniversaire" de Tiananmen, a déclaré Mme Harf.

"Je pense qu'il est franchement temps pour eux d'accorder davantage d'espace à la discussion dans leur propre pays, particulièrement dans le cadre de tels anniversaires", a-t-elle repris alors que les Etats-Unis expriment régulièrement leurs inquiétudes concernant la liberté d'expression en Chine.

Au même moment, le dissident aveugle Chen Guangcheng, qui a été autorisé à quitter la Chine pour les Etats-Unis en 2012, a salué depuis Washington les commémorations et la veillée aux bougies en mémoire du "printemps de Pékin" organisées à Hong Kong, les seules à avoir lieu en Chine.

"Chaque veillée aux bougies fait frémir les bourreaux. Elles donnent à tous le courage de penser et de s'exprimer tout haut", a-t-il dit, en anglais, lors d'une allocution au centre de réflexion American Enterprise Institute.

"Un gouvernement qui ne peut affronter sa propre histoire est un gouvernement sans avenir", a-t-il ajouté.

Le régime communiste emploie les grands moyens pour empêcher toute allusion au Printemps de Pékin, auquel son armée mit fin de façon sanglante le 4 juin 1989, censurant sévèrement internet, intimidant la presse étrangère et menant une campagne d'arrestations des voix dissidentes.

Selon Amnesty International, au moins 66 personnes ont ainsi été arrêtées, parmi lesquelles certaines seraient gardées au secret, hors de toute procédure judiciaire. D'autres ont reçu pour instruction de demeurer à leur domicile, sans faire de vague.

A l'approche de la date fatidique, les centaines de millions d'internautes chinois ne pouvaient de leur côté que constater un ralentissement très net des flux sur internet, signe d'une activité accrue des agents contrôlant les réseaux sociaux.

Le moteur de recherche de Google était inutilisable, ainsi que de nombreux autres services du géant américain, comme Gmail (courriel), Google Image, ou ses applications de traduction ou d'emploi du temps, a relevé Greatfire.or, un site qui se consacre à étudier le contrôle d'internet par le pouvoir communiste.

jkb-sct/bdx-gde/are

PLUS:hp