NOUVELLES

USA: d'anciens de Tiananmen fustigent le système du parti unique en Chine

02/06/2014 04:26 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

Deux dissidents chinois, figures de proue des manifestations de la place Tiananmen en 1989, ont appelé lundi depuis Washington la communauté internationale à presser Pékin d'adopter un système de gouvernement démocratique et de mettre fin au régime du parti unique, un "monstre" pour eux.

Wang Dan, emprisonné deux fois en Chine avant d'être autorisé à s'installer aux Etats-Unis, et Wang Juntao ont marqué le 25e anniversaire de l'écrasement du "printemps de Pékin" en lançant un nouveau mouvement basé aux Etats-Unis baptisé, en chinois, "Tous les peuples du monde encerclent la ville".

Le mouvement vise à rallier le plus de voix possibles à travers le monde pour réclamer un meilleur respect des droits de l'homme en Chine.

"Notre mouvement continuera jusqu'à ce que la dictature du parti communiste unique prenne fin", a lancé Wang Dan depuis le Congrès américain.

"Nous voulons que Washington soit plus attentif aux droits de l'homme et aux questions politiques en Chine. Je pense qu'ils (les Etats-Unis) tergiversent, ils ne veulent pas évoquer les problèmes politiques avec le gouvernement chinois, ils manquent de vue à long terme", a-t-il dit à l'AFP.

Washington fait régulièrement part à Pékin de ses inquiétudes quant à la situation des droits de l'homme en Chine, mais est tenu de prendre en compte le poids de ses relations commerciales dans chacun de ses échanges avec la République populaire.

Lors de leur intervention, Wang Dan et Wang Juntao ont également expliqué que, 25 ans après l'écrasement du mouvement, les enfants des dirigeants de l'époque étaient désormais aux commandes à Pékin et formaient, d'après eux, une élite tout aussi prompte à faire taire les voix discordantes que la génération précédente.

"Les fils et les filles des bouchers du 4 juin ont pris en otage le pouvoir", a lancé Wang Juntao. La répression des défilés pro-démocratie de 1989 avait fait des centaines, voire un millier, de morts à Pékin.

Mais d'après M. Wang, nombre de Chinois, forcés à rentrer dans le rang par les autorités, "ont abandonné la lutte contre le régime autocratique chinois", au cours des 25 dernières années. "Ils n'ont strictement rien fait, certains ont même participé à l'avènement de ce monstre tyrannique", a-t-il déclaré.

mlm/gde/are

PLUS:hp