NOUVELLES

Ont.: le Parti progressiste-conservateur attaqué par le syndicat de la police

02/06/2014 07:19 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - Les chefs des partis politiques en Ontario faisaient campagne, lundi, mais leur attention était portée sur le débat du lendemain.

La première ministre sortante, Kathleen Wynne — la seule chef n'ayant jamais pris part au débat télévisé — a dit croire que l'événement était une occasion de rejoindre des électeurs n'ayant pas suivi le cours de la campagne.

La chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Andrea Horwath, a dit avoir hâte de débattre avec ses rivaux politiques. Elle a dit avoir été à l'écoute de la population de l'Ontario et se sentir prête pour cette joute verbale.

Le chef du Parti progressiste-conservateur, Tim Hudak, disait prévoir que ses deux rivales tenteraient de se gagner des appuis avec des promesses vides — affirmant qu'il serait pour sa part transparent à l'égard de ses plans pour la province.

M. Hudak a été de nouveau questionné, lundi, sur les calculs lui permettant de promettre la création d'un million d'emplois, mais c'est son engagement de réduire les dépenses du gouvernement qui a suscité une nouvelle attaque de l'Association de la police provinciale de l'Ontario.

Le syndicat a lancé deux nouvelles publicités accusant le chef progressiste-conservateur de prévoir le gel des salaires des policiers et la réduction de leurs prestations de retraite.

L'Association de la police provinciale de l'Ontario a indiqué qu'il s'agissait d'une première campagne du genre dans son histoire. Elle a ajouté ne pas appuyer particulièrement les libéraux ou les néo-démocrates — simplement souhaiter ne pas voir M. Hudak comme premier ministre.

M. Hudak a déclaré qu'il ne ferait aucune exception dans la mise en vigueur d'un gel de salaires dans le secteur public s'il est élu le 12 juin.

Les syndicats de la police ne devraient pas faire de militantisme politique durant une campagne électorale, ont fait valoir les progressistes-conservateurs, lundi.

«Il y a une raison pour laquelle les forces de police et militaires ne s'impliquent pas dans des activités politiques — et cela devrait s'appliquer aussi aux syndicats et associations les représentant», ont-ils ajouté.

Les progressistes-conservateurs ont évoqué l'enquête policière en cours sur le gouvernement libéral concernant la destruction alléguée de documents en lien avec l'annulation de deux projets de centrales thermiques, et une autre sur le service aérien ambulancier Ornge.

La Police provinciale de l'Ontario a dit lundi par communiqué ne soutenir d'aucune façon la campagne du syndicat.

Le syndicat a dit n'avoir eu d'autre choix que de se manifester publiquement étant donné les plans de M. Hudak de réduire les salaires et les prestations de retraite de ses membres.

PLUS:pc