NOUVELLES

Mondial-2014 - Brésil: Hulk, force est de constater

02/06/2014 05:38 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

La star du Brésil c'est Neymar, mais l'homme en forme, c'est Hulk: le massif attaquant arrive lancé au Mondial-2014, ce qu'il doit confirmer en match amical contre le Panama mardi à Goiânia (centre).

L'acteur américain Lou Ferrigno, qui a incarné "l'Incroyable Hulk" dans la célèbre série télévisée, a dû démentir une rumeur annonçant son décès la semaine dernière, au moment où le footballeur Hulk montait en puissance: attention, Hulk est bien vivace.

Le surnom du joueur vient de son adoration, enfant, pour ce personnage qui devient vert et surpuissant quand il s'énerve. Mais c'est sans s'énerver ni verdir que Givanildo Vieira de Sousa s'est montré le meilleur Auriverde lors de la première semaine de rassemblement.

Puissance donc, vitesse, habileté technique en progrès, altruisme et finition: l'ailier droit (1,80 m, 85 kg) a impressionné dans les oppositions à l'entraînement. Vendredi, il s'est fendu de deux passes décisives, et dimanche d'un but de classe et d'une nouvelle offrande.

Il a commencé les deux fois dans l'équipe des titulaires et disputé la seconde période avec les remplaçants, toujours à l'aise quels que soient ses coéquipiers. Avec Neymar, il a régulièrement permuté, et a évolué à gauche ou dans l'axe; il a aussi affiché une belle complicité avec Willian, très proche du onze de départ.

- Europe de l'Est -

S'il arrive lancé, c'est parce qu'il sort d'une saison aboutie au Zenit Saint-Pétersbourg, élu meilleur joueur du Championnat de Russie avec 17 buts et 6 passes décisives en 24 matches (outre 4 buts en 8 rencontres d'Europa League). Même si son équipe a terminé 2e, derrière le CSKA Moscou.

L'attaquant arrive de loin: son championnat est peu exposé et même l'encadrement médical, qui se félicitait des bonnes relations entretenues avec les clubs des joueurs convoqués, a reconnu en souriant qu'il était difficile de communiquer avec les médecins du Zenit.

Mais si "Houlki" (comme on le prononce au Brésil) arrive lancé, c'est aussi parce qu'il vient de loin dans le temps. A 27 ans, il a conquis sa place de titulaire il y a un an seulement.

Le "mastodonte" ("hulk" en anglais) était en balance avec le jeune Lucas, idole du Sao Paulo FC, copain de Neymar et fantasme de milliers de groupies. Mais il a fini par s'emparer du couloir droit à force de générosité. Avec ce gros bémol néanmoins: il n'a pas non plus étincelé à la Coupe des Confédérations et n'y a marqué aucun but.

"J'ai conquis les Brésiliens grâce à la reconnaissance de mon travail, a-t-il affirmé à la mi-mai. Après la Coupe des Confédérations, ils connaissaient mon jeu. Je n'ai fait qu'un match professionnel au Brésil et suis parti très tôt du pays".

- Extrême-Orient -

Après ce match au Vitoria de Salvador dans son Nordeste natal, il a joué dans trois clubs japonais (2005-2008) puis s'est fait connaître au FC Porto (2008-2012) où il a garni son palmarès, notamment de quatre championnats du Portugal, trois Coupes nationales et la C3 2011.

Difficile de se faire apprécier des Brésiliens quand on n'a pas évolué au pays ni convaincu à ses débuts en sélection, en 2009. Il totalise désormais 8 buts en 33 capes.

Mais avec la "Coupe des Conf'", son physique costaud et son surnom de superhéros, Hulk attire désormais les convoitises. A la télévision, on le voit par exemple jouer les rockers pour une marque de bière en compagnie du Camerounais Samuel Eto'o. Et dans un spot pour un opérateur téléphonique, c'est un personnage d'animation qui soulève d'une main un véhicule.

Reconnaissance jusque par la présidente Dilma Rousseff qui a tweetté en mai la photo de sa rencontre avec cet "ambassadeur des Objectifs du Millénaire" pour le développement (engagements de près de 200 pays sous l'égide de l'ONU), en tant que représentant du Paraiba, son Etat régional d'origine.

Un joueur généreux mais qu'il ne faut pas, non plus, trop énerver. On ne sait jamais.

ybl-lg/ig

PLUS:hp