NOUVELLES

Malgré une saison difficile, Snedeker veut défendre son titre canadien

02/06/2014 05:21 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La saison a été difficile jusqu'ici pour Brandt Snedeker, mais le champion de la Coupe FedEx 2012 souhaite retrouver son aplomb pour défendre son titre à l'Omnium canadien RBC, en juillet prochain.

Le meilleur résultat de Snedeker cette saison est une égalité en huitième place, à l'Invitation Arnold Palmer, en mars. Il occupe le 113e rang au classement de la Coupe FedEx et il a glissé au 31e rang mondial. Pas les résultats escomptés pour un golfeur qui était no 4 au monde il y a deux ans.

«Mon jeu n'est pas vraiment là où je voudrais qu'il soit, mais je me rapproche, a dit Snedeker en téléconférence, lundi. J'ai un autre mois pour me préparer.»

L'Omnium canadien revient au Royal Montréal pour la 10e fois du 24 au 27 juillet prochain. Cette édition marquera le 60e anniversaire de la dernière victoire d'un Canadien au championnat national: Pat Fletcher, le professionnel du club, l'avait emporté en 1954.

Le directeur du tournoi, Bill Paul, a annoncé que Snedeker, Ernie Els, Graeme McDowell, Luke Donald, Matt Kuchar, Jim Furyk et Hunter Mahan y seront, tout comme les Canadiens Graham DeLaet, Mike Weir, David Hearn et Stephen Ames.

Snedeker est confiant de retrouver son golf des beaux jours bientôt.

«Je vis des montagnes russes, a dit le golfeur de Nashville, au Tennessee. Je ne suis pas un golfeur très constant, alors je dois vivre avec les hauts et les bas. Je crois que que j'ai passé au travers ma période creuse et que ma période faste devrait s'amorcer bientôt. J'aimerais être à mon meilleur toute l'année, mais il faut avoir la force mentale pour traverser les périodes creuses.»

C'est possiblement la portion la plus importante du calendrier de la PGA qui est sur le point de s'amorcer, avec l'Omnium des États-Unis à Pinehurst, du 12 au 15 juin, suivi de l'Omnium britannique au Royal Liverpool en juillet et immédiatement après, de l'Omnium canadien.

Snedeker prévoit jouer lors de 10 des 12 prochaines semaines.

Sa victoire de l'an dernier à l'Omnium canadien disputé à Glen Abbey, près de Toronto, était sa sixième sur le circuit de la PGA, une victoire particulièrement savoureuse puisque son caddy, Scott Vail, est d'Oshawa, en Ontario.

«J'ai ressenti beaucoup de pression le dimanche, alors que je tentais de l'emporter pour lui, a-t-il dit de Vail, qui a pu emporter le fanion du 18e, à l'effigie du drapeau canadien, comme souvenir. C'est un bon ami depuis nombre d'années.»

Snedeker a un peu joué de chance quand Mahan, le meneur après deux rondes, s'est retiré pour aller au chevet de son épouse, qui a accouché ce week-end-là.

«C'est curieux le golf; vous ne savez jamais ce qui va se produire. À chaque fois que vous gagnez, vous jouez de chance sur certains aspects. Ça m'a donné une chance et je l'ai saisie quand je l'ai pu.»

Snedeker a connu du succès dans ce tournoi par le passé. Il a terminé à égalité en septième place à sa première participation, en 2007, quand il a été nommé recrue de l'année de la PGA, et à égalité en cinquième place, en 2009.

Il n'a jamais joué au Royal Montréal, un parcours comme il s'en faisait autrefois, avec ses allées bordées d'arbres, situé à l'Île-Bizard. Il dit toutefois l'avoir vu à la télévision, quand les Américains ont défait l'équipe mondiale pour remporter la Coupe du Président en 2007. Il a hâte d'en découdre avec le parcours Bleu.

PLUS:pc