NOUVELLES

Les responsables du financement des partis: des boucs-émissaires «faciles»

02/06/2014 11:48 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - France Michaud, ancienne vice-présidente chez Roche, croit que les responsables du financement du Parti libéral et du Parti québécois servent aujourd'hui de boucs-émissaires, alors que des objectifs de financement leur étaient donnés par les plus hautes instances de ces partis.

Mme Michaud a déploré devant la Commission Charbonneau, lundi, que Ginette Boivin, qui a déjà été responsable du financement au Parti québécois, et de qui elle s'était rapprochée, ait perdu son poste. Selon elle, elle a servi de bouc-émissaire lorsque des controverses ont éclaté concernant le recours à des prête-noms.

«Les gens qui perdent leur emploi, comme Mme Boivin, ce sont des victimes. Ça fait bien (de dire) 'on l'a mise dehors; elle faisait ça sous son propre chef et on l'a mise dehors'. Mon idée à moi, c'est qu'elles devaient avoir des objectifs qui leur étaient donnés. Mon idée à moi, c'est qu'elles devaient répondre à quelqu'un de ce qu'elles faisaient», a opiné Mme Michaud, qui avait une bonne opinion des deux responsables du financement du PQ _ Mme Boivin _ et du Parti libéral, Violette Trépanier.

«Les deux étaient des personnes dédiées à leur parti. Elles n'étaient pas dans les hautes sphères, mais ce sont elles qui ont payé. Je trouvais ça tellement facile de prendre une personne comme elle, ou comme Violette Trépanier, et qu'on dise 'on a réglé notre problème'. On ne serait pas assis ici si c'était vrai», a commenté l'ancienne vice-présidente de Roche.

Lorsqu'elles la sollicitaient chez Roche, tant Mme Boivin que Mme Trépanier prenaient la peine de lui rappeler que les contributions politiques devaient être faites par des personnes, non par la firme. Mais le terme de prête-nom n'était pas utilisé par elles.

À une question du commissaire Renaud Lachance, Mme Michaud a répondu que «jamais» ces deux femmes n'ont rappelé à Roche que la firme ne devait pas rembourser les contributeurs, pour respecter la loi.

Mais Mme Michaud admet que ces deux femmes savaient pertinemment qu'elles s'adressaient à une représentante de la firme de génie Roche. «Elles approchent France Michaud et le réseau de France Michaud et des autres gens chez Roche», a interprété Mme Michaud.

Elle trouvait étrange que les deux femmes répètent à chaque fois que les contributions devaient être faites par des personnes, puisqu'elles l'en avaient informée la fois précédente. Interrogée par la juge France Charbonneau, Mme Michaud a acquiescé à sa suggestion voulant que les deux femmes agissaient ainsi comme une façon de se dédouaner de toute éventuelle controverse en disant 'moi, en tout cas, je le lui aurai dit'.

Dans le cadre de ses fonctions, Mme Michaud a tenté de «centraliser» les différentes demandes de financement que Roche recevait de toutes parts. Elle s'était donné un objectif de «ne pas dépasser» 60 000 $ pour tous les partis confondus et 90 000 $ pour les années électorales. Au plus fort, en 2008, elles ont dépassé 107 000 $.

Ensuite, Mme Michaud devait trouver des moyens de parvenir à ces objectifs de financement pour Roche. Les sept associés de Roche devaient contribuer, de même que le consultant Marc-Yvan Côté, auparavant employé de Roche, et un autre homme qu'elle n'a pas identifié.

Après s'ensuivait le recours à des prête-noms ou à des fournisseurs, ainsi qu'à des bonis pour rembourser les participants au système. Il y a eu «une quinzaine» de prête-noms chez Roche, selon son évaluation.

Le financement politique était un sujet tabou. Elle n'aimait pas en parler, pas même au président de Roche. «On le sait que ce n'est pas quelque chose qui est correct de faire du financement politique. Mais on le faisait parce que tout le monde le faisait.»

Elle a indiqué avoir notamment assisté aux cocktails de financement pour la ministre libérale Nathalie Normandeau en 2004, 2005, 2006, 2007 et 2008.

Et elle a précisé que ce n'était pas Roche qui organisait ces cocktails pour la ministre Normandeau, mais bien Marc-Yvan Côté, de chez Roche, qui entretenait une amitié avec Bruno Lortie, le directeur de cabinet de la ministre Normandeau qui avait aussi travaillé pour M. Côté.

Mme Michaud a aussi expliqué qu'elle a participé à des activités de financement politique provincial pour rendre les politesses, après avoir d'abord été invitée à présenter un projet en compagnie d'élus municipaux et provinciaux.

Elle a précisé qu'elle ne participait à ces activités de financement qu'après qu'elle eut été d'abord reçue par le ministère des Affaires municipales pour présenter un projet, en compagnie d'un maire et du député local. C'est le député local qui obtenait une rencontre avec le ministère et elle, ingénieure, accompagnait les élus pour répondre aux questions techniques.

Et ce n'est qu'après que la demande de subvention eut été présentée au ministère par la municipalité qu'elle participait à ces activités, a-t-elle expliqué. À ses yeux, cela revenait à une forme de remerciement. «Je remettais les politesses: on nous a reçus; j'y vais», a-t-elle résumé.

Roche avait la réputation d'être «peinturée en rouge», c'est-à-dire d'être libérale, particulièrement avec la présence imposante de Marc-Yvan Côté, un ancien ministre libéral sous Robert Bourassa.

Mme Michaud a donc cru bon de rencontrer Mme Boivin, du PQ, afin de lui faire comprendre que Roche était représentative de l'ensemble de la population québécoise. Et Mme Boivin lui a demandé s'ils ne pouvaient pas faire davantage d'efforts pour le démontrer.

«Elle (Mme Boivin) me dit 'je sais qu'il y a des gens chez Roche qui nous aident, mais j'ai l'impression que dans votre réseautage, vous pourriez peut-être nous aider un peu plus'», a résumé Mme Michaud.

PLUS:pc