NOUVELLES

Les membres du gouvernement d'union nationale interpalestinien prêtent serment

02/06/2014 06:56 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

RAMALLAH, Territoire palestinien - Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a assermenté, lundi, les membres du nouveau gouvernement d'union nationale interpalestinien, mettant ainsi officiellement fin à une querelle de sept ans entre sa propre organisation, le Fatah, et le mouvement islamiste du Hamas, mais s'attirant les foudres d'Israël.

La formation de ce gouvernement et les menaces de représailles de l'État hébreu font partie de la lutte que M. Abbas et le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, se livrent pour obtenir le plus d'appuis possible au sein de la communauté internationale dans la foulée de l'échec des plus récents pourparlers de paix au moins d'avril.

Mahmoud Abbas a déclaré, lundi, que le gouvernement d'union nationale, qui est composé de 17 technocrates soutenus à la fois par le Fatah et le Hamas, constituait une étape importante puisqu'il permettait de tourner la page sur un chapitre sombre de l'histoire palestinienne.

Le président faisait référence à la rupture survenue lorsque le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007. Pendant les sept années qui ont suivi, les deux factions rivales ont tenu deux gouvernement séparés, le Hamas dirigeant Gaza et le Fatah gérant les régions autonomes de la Cisjordanie.

M. Nétanyahou a dénoncé le nouveau gouvernement interpalestinien en raison de ses liens avec le Hamas, un groupe considéré comme terroriste par l'Occident. Le leader israélien a reproché à M. Abbas d'avoir dit oui à la violence et non à la paix.

Mahmoud Abbas a assuré que son cabinet s'opposait à la violence et reconnaissait l'État hébreu, respectant ainsi les conditions établies depuis longtemps par les puissances occidentales pour traiter avec les gouvernements palestiniens.

Le Hamas a rejeté ces conditions, mais M. Abbas a affirmé être responsable du programme du nouveau gouvernement.

À Washington, la porte-parole du département d'État, Jen Psaki, a annoncé que les États-Unis avaient l'intention de travailler avec le gouvernement interpalestinien malgré les réserves d'Israël.

L'Union européenne a pour sa part salué cette union entre le Fatah et le Hamas, soutenant qu'elle continuerait à fournir du financement à tout gouvernement qui respecte les conditions.

PLUS:pc