NOUVELLES

La Syrie, un pays ravagé par des violences depuis 2011

02/06/2014 10:00 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

La Syrie, dévastée par plus de trois ans de guerre civile, est dirigée depuis 2000 par le président Bachar al-Assad, assuré d'être reconduit à la tête du pays à l'issue du scrutin de mardi.

- SITUATION GEOGRAPHIQUE: La Syrie est bordée à l'ouest par la Méditerranée et le Liban, au nord par la Turquie, à l'est par l'Irak, au sud par la Jordanie et Israël.

- SUPERFICIE: 185.000 km2.

- POPULATION: 22,40 millions d'habitants (Banque mondiale, 2012), arabes (84%), kurdes (15%), Turcomans (1%).

- CAPITALE: Damas.

- LANGUE OFFICIELLE: Arabe.

- RELIGIONS: musulmans sunnites (80%), alaouites (10%), chrétiens (5%), druzes (3%).

- HISTOIRE/REGIME: A l'effondrement de l'Empire ottoman, la Syrie est placée sous mandat français en 1920 et obtient son indépendance le 17 avril 1946. En mars 1949, premier coup d'Etat mené par Hosni al-Zaïm. Suit une période d'instabilité politique marquée par plusieurs coups d'Etat, dont celui d'Adib al-Chichakli. En février 1958, union avec l'Egypte, rompue par Damas en 1961.

Le 8 mars 1963, le parti Baas arabe socialiste, fondé en 1947, accède au pouvoir après un coup d'Etat militaire. Loi martiale instaurée.

Le ministre de la Défense, le général Hafez al-Assad, s'empare du pouvoir en novembre 1970. Quatre mois plus tard, il est élu président. Lors de la guerre de juin 1967, Israël occupe le plateau du Golan puis l'annexe.

La Syrie participe à la coalition multinationale anti-irakienne durant la guerre du Golfe (1990-91).

L'armée syrienne déployée au Liban depuis 1976, un an après le début de la guerre civile, se retire sous la pression internationale en avril 2005 à la suite de l'assassinat du dirigeant libanais Rafic Hariri pour lequel Damas est pointé du doigt.

En 2000, à la mort de son père Hafez, Bachar al-Assad est désigné président à l'issue d'un plébiscite, puis reconduit en 2007.

Le soulèvement au départ pacifique qui a démarré contre son régime le 15 mars 2011 s'est militarisé face à une implacable répression, avant de se transformer en un conflit complexe.

La guerre entre régime et rebelles, essentiellement sunnites, a fait plus de 162.000 morts, selon une ONG, et plus de 9 millions de réfugiés et déplacés d'après l'ONU.

Le régime de M. Assad, qui appartient à la minorité alaouite (branche du chiisme), a reçu le soutien militaire du Hezbollah libanais.

Officiellement, le Baas n'est plus depuis 2012 le parti qui "dirige la société", mais les autres formations restent très marginales.

- ECONOMIE: Selon un rapport de l'ONU publié fin mai, la guerre a conduit à l'effondrement de l'économie.

Le PIB s'est contracté de 41% par rapport à 2010. L'économie a connu une désindustrialisation massive en raison de la fermeture des entreprises, des faillites, des pillages et des destructions. De surcroît, le pays a vu sa production pétrolière s'effondrer de 96%, selon les autorités.

D'après l'ONU, le chômage est monté en flèche en passant de 10,3% en 2011 à 54,3% au dernier trimestre 2013, tandis que l'inflation a atteint 178% depuis 2011.

Trois Syriens sur quatre vivent désormais dans la pauvreté et plus de la moitié (54,3%) dans l'extrême pauvreté.

- FORCES ARMEES: L'armée a vu ses capacités divisées par deux depuis le début du conflit, selon l'International Institute for Strategic Studies de Londres (IISS). Elle compte en théorie 178.000 hommes dont 110.000 dans les forces terrestres, 5.000 dans la marine, 27.000 dans l'armée de l'air et 36.000 dans la défense aérienne.

En outre, des milliers de miliciens ont rejoint les Comités populaires et les Forces de défense nationale (pro-régime), en majorité des alaouites.

bur-acm/bc/sk/cco/mf

PLUS:hp