NOUVELLES

De nouveaux combats éclatent à Benghazi, dans l'est de la Libye

02/06/2014 07:41 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

TRIPOLI, Libye - Des explosions ont secoué lundi la ville de Benghazi, dans l'est de la Libye, lors d'une deuxième journée d'affrontements entre des unités de l'armée loyales à un général rebelle et des milices islamistes.

Des citoyens paniqués se sont retrouvés coincés chez eux par les échanges de tirs.

Des hélicoptères de l'armée ont bombardé des camps et des repaires présumés des islamistes, tandis que les miliciens répliquaient avec des tirs de grenades propulsées par fusée et de canons anti-aériens contre les unités qui se sont ralliées au général Khalifa Hifter.

Le général Hifter est un ancien chef d'état-major sous le régime Kadhafi. Il a promis d'écraser les milices islamistes et de rétablir la stabilité en Libye après trois ans de chaos. Il jouit de l'appui de plusieurs unités de l'armée, de politiciens anti-islamistes, de tribus et de diplomates.

Les échanges de tirs ont débuté dimanche soir et se sont poursuivis lundi. Des témoins rapportent des affrontements près de l'Université de Benghazi et dans des secteurs où sont retranchés aussi bien les miliciens que les soldats.

Des résidants de secteurs dans le sud et le sud-ouest de Benghazi ont érigé des points de contrôle pour empêcher les combattants de s'y installer. Plusieurs commerces ont fermé leurs portes pour la journée.

Les résidants sont aussi incapables de quitter la ville puisque l'aéroport est fermé depuis le début de l'offensive du général Hifter, il y a trois semaines. Il est aussi risqué de tenter de sortir de la ville par voie terrestre. D'autres civils auraient décidé de prendre les armes, soit pour se protéger, soit pour se joindre aux combats.

Les affrontements ont fait au moins 18 morts et 81 blessés, selon un porte-parole du ministère de la Santé. Les hôpitaux ont demandé des dons de sang.

L'offensive du général Hifter semble pour l'instant surtout cibler les milices 17 Février et Ansar al-Shariah. Cette dernière prétend toutefois que seule 17 Février est attaquée.

Ansar al-Shariah est associée à Al-Qaïda et aurait trempé dans l'attentat contre le consulat américain de Benghazi qui a fait quatre morts en 2012, dont l'ambassadeur Chris Stevens.

Le général Hifter prétend contrôler 75 pour cent de Benghazi, la deuxième plus grande ville de Libye. Il prétend également que des islamistes modérés désertent leurs milices pour rejoindre ses forces.

PLUS:pc