NOUVELLES

Au moins cinq insurgés prorusses ont été tués dans l'est de l'Ukraine

02/06/2014 08:35 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

LOUHANSK, Ukraine - Des centaines d'insurgés prorusses ont attaqué, lundi, un poste de gardes-frontières dans l'est de l'Ukraine, lançant des grenades propulsées par fusée depuis le toit d'un immeuble résidentiel voisin et obligeant les forces aériennes ukrainiennes à intervenir.

Le porte-parole des services frontaliers, Serhiy Astakhov, a annoncé que cinq rebelles avaient été tués et huit autres blessés durant l'assaut, qui s'est déroulé à l'ouest de Louhansk, une importante ville située près de la frontière russe. Il a ajouté que sept soldats avaient également été blessés, dont trois grièvement.

Quelque 10 kilomètres plus loin, une explosion survenue près d'un édifice administratif occupé par des rebelles a fait d'autres victimes. Un représentant des autorités médicales de Louhansk a déclaré à l'agence de presse Interfax qu'au moins sept personnes avaient perdu la vie dans cette déflagration, que les insurgés ont attribuée à une frappe aérienne des forces gouvernementales.

Kiev a nié avoir procédé à un bombardement et a soutenu que l'explosion avait plutôt été causée par un tir mal dirigé de lance-missiles sol-air effectué par les rebelles.

La première phase de l'attaque contre le poste fortifié a été menée par une centaine d'insurgés. Les gardes ont répliqué en ouvrant le feu. Le nombre d'assaillants est passé à 400 quelques heures plus tard. Selon M. Astakhov, l'armée a dépêché un avion de chasse dans la région, mais ce dernier n'a pas été en mesure de repousser les rebelles.

Les combats ont cessé vers 13 h, heure locale, mais ont repris peu de temps après et se sont poursuivis même après la tombée de la nuit. Les insurgés ont envoyés au moins six grenades sur le poste.

Vladislav Selezniov, le secrétaire de presse pour l'opération du gouvernement ukrainien contre l'insurrection prorusse dans l'est du pays, a affirmé que le poste était un important centre de coordination pour les services frontaliers et que l'assaut visait peut-être à interrompre les communications entre les différentes installations.

M. Selezniov a révélé que les insurgés avaient attaqué un autre point de contrôle gouvernemental à Sloviansk, dans la province de Donetsk, l'épicentre du soulèvement.

Il a ajouté que les rebelles avaient aussi installé des mines dans plusieurs centrales électriques de Sloviansk et menacé de les faire exploser si les soldats pénétraient dans la ville.

À Donetsk, des combattants de la République populaire de Donetsk ont enlevé, lundi, le rédacteur en chef du journal local avant de le relâcher quelques heures plus tard.

PLUS:pc