NOUVELLES

Ankara rejette les critiques de Bagdad sur le pétrole kurde

02/06/2014 12:06 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

La Turquie a rejeté lundi les critiques de l'Irak sur sa participation intéressée aux exportations de pétrole de la région autonome du Kurdistan irakien, estimant que la controverse relevait d'une affaire intérieure irakienne.

"Ce pétrole n'est pas celui de la Turquie, c'est celui de l'Irak. Les revenus qu'il produit seront ceux de l'Irak et seront partagés selon un système que nos frères irakiens eux-même ont mis en place", a souligné le ministre turc de l'Energie Taner Yildiz, cité par le quotidien de langue anglaise Hürriyet Daily News.

"En conséquence, je ne trouve pas juste de reprocher à la Turquie des choses qui ne sont pas reprochées à d'autres", a ajouté M. Yildiz à des journalistes.

La Turquie a annoncé le mois dernier avoir commencé à livrer sur les marchés internationaux du pétrole en provenance du Kurdistan irakien, alors que Bagdad exige que toutes les exportations de pétrole pompé sur le territoire irakien passent par le gouvernement central.

Le gouvernement irakien, en conflit depuis des années avec les autorités kurdes d'Erbil à ce sujet, a déposé le 23 mai une plainte contre la Turquie devant la Chambre de commerce internationale (ICC), basée à Paris.

Dans un entretien accordé à l'AFP, le vice-Premier ministre chargé des Affaires énergétiques Hussein al-Chahristani a accusé Ankara d'être motivé par "l'appât du gain" dans cette affaire et a considéré sa décision comme une "action hostile".

Lundi, le ministre turc de l'Energie a précisé que son pays souhaitait garder une attitude "positive" dans ce dossier et espéré que Bagdad et Erbil parviendraient à une solution.

"Est-ce qu'il serait mieux pour l'Irak que la Turquie ne laisse pas passer le pétrole irakien par son territoire ? Je ne crois pas. Nous sommes un pays voisin, ami et frère qui permet au brut irakien d'avoir accès aux marchés internationaux", a insisté M. Yildiz.

dg-pa/bir

PLUS:hp