DIVERTISSEMENT

Une nuit (électronique) au musée à Mutek 2014

01/06/2014 01:47 EDT | Actualisé 02/06/2014 09:07 EDT
Sarah-Émilie Nault

Depuis la toute première journée de la 15e édition de MUTEK 2014 (le 26 mai dernier), plusieurs événements, dont les fameuses soirées nocturnes se déroulent entre les murs du Musée d’art contemporain. Un endroit parfait qui accueille avec élégance des artistes à son image: passionnés, créatifs et un peu fous. Retour sur un bout de nuit baptisé nocturne 4.

De la grande visite au Musée

C’est rarement le cas en ce qui me concerne, mais ce n’est pas le dernier artiste à monter sur scène et à offrir l’ultime prestation avant que les lumières ne se rallument qui a fait vibrer mon cœur d’éternelle entichée de musique électronique hier soir. C’est plutôt en début de soirée, sur la techno à lent déploiement du réservé Fluxion que la magie a, de mon côté, opérée. Pour sa première participation à un festival canadien, le producteur grec a su proposer un son immersif, changeant et juste assez dansant pour délier les jambes et accrocher des sourires sur le visage de chacun des festivaliers.

En frais de projections, la simplicité était de mise : quelques images de villes et de gens en mouvement, quelques recherches de lieux à travers le monde sur Google Map, presque rien, en fait, qui aurait pu faire dévier l’attention de ce que l’on était véritablement venu découvrir: de la musique, sa musique.

Le DJ et producteur anglais Pinch a ensuite pris d’assaut la petite scène de la salle 2 du Musée sur fond de projections prismatiques multicolores. Énergique et visiblement décidé à faire monter la tension d’un cran, il a livré une prestation dynamique aux multiples références. Partagée en deux portions quasi distinctes - l’une plus sombre et l’autre, plus lumineuse et douce - sa performance marquait d’ailleurs l’une des rares apparitions de l’artiste britannique ce côté de l’Atlantique.

Quant à l’Américain Lee Bannon qui a clos la soirée, j’imagine qu’il fit le bonheur des amateurs d’un plus sombre - et assurément plus féroce - amalgame de jungle, de hip hop, de drum’n’bass et de breakbeat… Pour moi, ce fut le moment de mettre fin à cette belle nuit électronique au Musée.

Pour en savoir plus sur la programmation de la dernière journée du festival EM15 - MUTEK 2014 (1er juin): www.mutek.org

Une nuit (électronique) au musée