NOUVELLES

Fusillade dans un musée de Bruxelles: un homme est arrêté en France

01/06/2014 05:38 EDT | Actualisé 01/08/2014 05:12 EDT

PARIS - Le Français arrêté en lien avec la fusillade survenue au Musée juif de Bruxelles est déjà allé en Syrie et a revendiqué la responsabilité de l'attaque dans une vidéo, ont annoncé les autorités, dimanche.

Les pays de l'Europe craignent de plus en plus que les centaines d'Européens qui prennent part aux combats contre le président syrien Bachar el-Assad n'organisent des attentats à leur retour.

Le suspect, Mehdi Nemmouche, a été appréhendé vendredi à Marseille, dans le sud-est de la France, à bord d'un autobus en provenance d'Amsterdam, a indiqué le procureur de la République de Paris, François Molins.

M. Molins a précisé que l'homme avaient en sa possession une arme automatique semblable à celle utilisée lors de la fusillade à Bruxelles et que des analyses balistiques étaient en cours afin de déterminer s'il s'agissait de la même.

Selon le procureur, l'arme étaient enveloppée dans un drap sur lequel le nom de l'État islamique en Irak et au Levant, un groupe de djihadistes impliqué dans la guerre civile syrienne, avait été gribouillé. Il a ajouté que le suspect avait passé environ un an en Syrie.

François Molins a également affirmé que l'homme de 29 originaire du nord de la France avait un casier judiciaire pour des crimes comme tentative de vol, mais rien relié au terrorisme.

Lors d'une autre conférence de presse donnée presque simultanément à Bruxelles dimanche, le procureur fédéral de Belgique, Frédéric Van Leeuw, a annoncé que Nemmouche avait tenté de filmer les meurtres du 24 mai, mais que sa caméra avait fait défaut. Dans une vidéo découverte après son arrestation, on peut l'entendre revendiquer l'attaque.

M. Van Leeuw a révélé que la police belge avait effectué des perquisitions dans la région de Courtai dimanche matin, où le suspect aurait séjourné, et qu'elle interrogeait deux personnes.

La fusillade au Musée juif de Bruxelles, qui s'est produite la veille des élections européennes durant lesquelles les partis d'extrême droite ont réalisé des gains importants, a poussé les autorités belges à renforcer les mesures antiterroristes et a fait craindre un retour en force de l'antisémitisme.

Un couple israélien et une Française ont perdu la vie. Une quatrième victime demeure hospitalisée dans un état grave, a précisé le procureur belge, dimanche.

Mehdi Nemmouche a été confié aux enquêteurs de l'unité antiterroriste et pourrait être détenu au moins jusqu'à mardi en vertu de la loi française sur la lutte contre le terrorisme.

Le président français, François Hollande, a promis, dimanche, de lutter contre les extrémistes qui vont se battre au Moyen-Orient et reviennent dans leur pays natal avec des projets d'attentats.

PLUS:pc