NOUVELLES

Bonis à la SAQ: près d'un demi-million $ à la haute direction

01/06/2014 11:01 EDT | Actualisé 02/06/2014 03:01 EDT
PC

EXCLUSIF - L’année dernière, onze cadres de la haute direction de la Société des alcools du Québec (SAQ) se sont partagé à eux seuls près d’un demi-million de dollars en bonis, selon les données obtenues par Le Huffington Post Québec via la Loi d’accès à l’information.

En 2012-2013, la SAQ a donné 412 379 $ en primes de rendement à onze de ses cadres de la haute direction, un montant légèrement supérieur à l’année précédente, en 2011-2012, où les mêmes employés s’étaient réparti 392 525 $.

Selon les données, Alain Brunet, alors vice-président et chef de l’exploitation, a obtenu le plus haut boni avec un montant de 49 391 $, en 2012-2013, soit une augmentation de 2 352 $ comparativement à l’année précédente. M. Brunet a depuis été nommé président et chef de la direction de la SAQ.

Le deuxième cadre à avoir obtenu un boni important est Richard Genest, vice-président. Ce dernier a obtenu un boni de 44 024 $ en 2012-2013, soit 1 693 $ de plus que l’année antérieure. Il est suivi de près par Luc Vachon, également vice-président, qui lui a obtenu un boni de 42 637 $ l’année dernière, contre 40 802 $ en 2011-2012.

Récemment nommé directeur général de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, l’ex-président et chef de la direction de la SAQ (2007-2013) Philippe Duval a touché le boni le moins important avec une somme de 17 194$ en 2012-2013, contre 16 454 $ en 2011-2012.

En revanche, on se souviendra que la rémunération de l’ex-président et chef de la direction de la SAQ avait fait les manchettes l’année dernière alors que Le Journal de Québec rapportait que son revenu d’emploi «avait été majoré de 34 308$» pour atteindre 377 390$ en 2013.

bonis cadres saq

On se rappellera que le gouvernement du Québec avait demandé en 2010, dans le cadre de la loi 100, aux dirigeants des sociétés commerciales de faire un effort afin de réduire la rémunération additionnelle fondée sur le rendement.

C’est également à la suite de cette loi que Philippe Duval avait mentionné qu’il diminuait son propre boni de 15 à 5% en fonction du salaire, avait-on appris à l’époque.

Responsable des relations de presse à la SAQ, Renaud Dugas rappelle que la société d’État s’est conformée à la loi 100 sur les bonis dès son entrée en vigueur. Il précise également que les bonis font partie des «pratiques reliées au commerce au détail.»

«Les cadres acceptent que leur salaire soit à risque, selon les rendements, dit-il. C’est aussi une façon d’attirer des personnes compétentes.»

Notons qu’en 2012-2013, la SAQ avait conclu son exercice financier avec un résultat net de 1,030 milliard $, soit une progression de 3,1 % par rapport à l'exercice précédent. Il «s'agit également de la première fois que le bénéfice net de la SAQ dépassait le milliard de dollars.»

Selon Renaud Dugas, les montants des bonis alloués entre autres aux cadres devraient diminuer l’année prochaine, et ce, considérant que l’exercice financier devrait être plus faible.

LIRE AUSSI:

» Mes prévisions financières pour la SAQ (Yves Mailloux)

» Des primes aux cadres de la SAQ pour mieux vous exploiter (Yves Mailloux)

INOLTRE SU HUFFPOST

Les cinq PDG de sociétés d'État les mieux payés
Top 20 des vins de moins de 15$