NOUVELLES

En Floride, le petit-fils Cousteau veut perpétuer les exploits de son aïeul

31/05/2014 04:06 EDT | Actualisé 31/07/2014 05:12 EDT
Dan Harr/Invision/AP
Fabien Cousteau, grandson of famed explorer Jacques Cousteau, gave a talk at Quaker Good Energy Lodge with GenArt and the Collective during Sundance 2014 on Friday, January, 17, 2014 in Park City, Ut. (Photo by Dan Harr/Invision for Collective Cabin/AP Images)

L'explorateur des mers français Fabien Cousteau va tenter de perpétuer les exploits de son célébrissime grand-père Jacques-Yves Cousteau en plongeant pour 31 jours dans les profondeurs des eaux de Floride à des fins scientifiques.

«C'est symbolique pour moi parce que mon grand-père a passé, avec son équipe, 30 jours sous les eaux de la mer Rouge il y a 50 ans de cela», a expliqué samedi l'océanographe dans un entretien à l'AFP depuis Islamorada, une île à l'extrême sud de la Floride.

Cousteau et son équipe séjourneront dans le laboratoire sous-marin Aquarius, situé à 20 mètres de profondeur au large de Key Largo, l'une des îles de l'archipel des Keys au sud de Miami. Ce projet scientifique vise à étudier l'impact du changement climatique et de la pollution des eaux, ainsi que tester l'effet psychologique de la vie dans les profondeurs marines.

Par rapport à l'exploit de son illustre grand-père, Fabien Cousteau a ajouté un jour à son expédition, pour arriver à 31 jours, afin de «faire honneur» à Jacques-Yves Cousteau «et à tous les "aquanautes" avant lui qui ont fait un travail formidable».

L'explorateur de 46 ans, accompagné de scientifiques, ingénieurs et caméramans, vont descendre dans l'Aquarius, qui a la taille d'un autocar d'une vingtaine de mètres, à partir de dimanche aux environs de 10h00 locales (14h00 GMT). Ils espèrent remonter à la surface le 2 juillet.

Chaque jour, ils auront la possibilité de plonger durant près de 12 heures jusqu'à 22h00. Ils se reposeront ensuite pendant environ huit heures.

Le petit-fils de Jacques-Yves Cousteau, décédé en 1997, souligne que «pour filmer un poisson il faut devenir soi-même un poisson, et quelle meilleure façon de filmer l'inconnu et les ultimes limites de notre planète que de véritablement devenir un poisson durant 31 jours?».

L'océanographe reconnaît qu'il s'agit d'une expérience «très compliquée et difficile».

Fabien Cousteau est déjà un aventurier accompli: il a passé son enfance à bord des célèbres bateaux de son grand-père, Calypso et Alcyone. Dès quatre ans il apprend à plonger et dès sept ans il devient presqu'un membre d'équipage à part entière.

Paix et bonheur dans les profondeurs

«Je suis suffisamment chanceux ou suffisamment vieux pour avoir passé les 30 premières années de mon existence avec mon grand-père», témoigne ce passionné, qui confie: «A chaque fois que je plonge, je ressens un sentiment de bonheur pur, un sentiment de paix».

Dans l'Aquarius, «ce sera comme vivre au sein d'un très petit appartement avec cinq de vos nouveaux meilleurs amis», plaisante-t-il.

L'équipage sera probablement en manque de certaines choses «comme leur famille ou leurs amis». «Dans mon cas, ce sera mon chien», ajoute l'océanographe.

Il explique que la vie dans cette station aquatique est «très difficile, car c'est très humide à l'intérieur». «Nous aurons une climatisation en marche en permanence simplement pour essayer de maintenir les espaces de vie à moitié sec».

Une fois dans l'Aquarius, il faut plus de 18 heures pour remonter à la surface. Pour s'habituer à la pression à une telle profondeur, l'équipage a passé des semaines à se préparer ainsi qu'à répéter les procédures à suivre en cas d'urgence.

«Nous aurons des livraisons régulières de vêtements pour que tous les quatre ou cinq jours nous puissions porter de nouveaux tee-shirts».

Les explorateurs auront en outre accès aux technologies de pointe à l'intérieur de l'Aquarius et à internet pour pouvoir communiquer avec le monde extérieur à chaque instant et pour décrire leurs aventures à travers les réseaux sociaux.

«Ce sera la toute première fois qu'une expédition (menée) par un Cousteau sera capable d'emmener avec elle le monde entier en temps réel», s'exclame-t-il.

Une caméra filmera les exploits des membres d'équipage et les images en direct pourront être vues sur le site www.mission-31.com.

«Mon grand-père a dû avoir rêvé de ça, mais il n'avait alors pas la technologie nécessaire pour le faire», déplore son petit-fils.

INOLTRE SU HUFFPOST

La côte ouest de la Floride