NOUVELLES

Le gratin mondial réuni à Copenhague par le groupe Bilderberg

31/05/2014 12:36 EDT | Actualisé 31/05/2014 12:36 EDT
PA

Le très secret groupe Bilderberg était réuni vendredi à Copenhague pour des discussions impliquant des personnalités du monde politique et des grandes entreprises et universités mondiales.

Le groupe est présidé par un Français, le PDG du groupe d'assurances Axa, Henri de Castries.

Dans la liste d'invités publiée sur le site internet du groupe, on trouve entre autres la reine d'Espagne, Sofia, la princesse des Pays-Bas, Beatrix, les ministres des Affaires étrangères espagnol José Manuel Garcia-Margallo et suédois Carl Bildt, la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde, le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, ou le président de Google Eric Schmidt

La France est représentée par la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Fleur Pellerin et par le secrétaire général adjoint de la présidence française, Emmanuel Macron.

Cette réunion annuelle de quatre jours a débuté jeudi et doit prendre fin dimanche.

Tous les invités de ce groupe, qui veut "renforcer le dialogue entre Europe et Amérique du Nord", sont américains, canadiens, européens ou turcs, à l'exception de deux Chinois: un responsable économique de rang ministériel, Liu He, et un professeur d'économie, Yiping Huang.

Le groupe Bilderberg, créé en 1954 dans un hôtel portant ce nom aux Pays-Bas, alimente une multitude de théories conspirationnistes longtemps alimentées par l'absence totale de communication autour des réunions.

La réunion de cette année a lieu à l'hôtel JW Marriot de Copenhague, entouré vendredi d'une étroite protection policière étroite qui tenait à distance quelques dizaines de manifestants, a constaté l'AFP.

Le coût de cette protection a fait débat au Danemark. Le Parti populaire danois, formation d'opposition anti-immigration et eurosceptique qui est arrivée en tête aux élections européennes de dimanche, a demandé au gouvernement de publier le détail de ces dépenses.

Les participants doivent discuter de sujets comme: "La reprise économique est-elle durable?", "Les grandes mutations des technologies et de l'emploi" ou "La vie privée existe-t-elle?". Ce n'est que la deuxième année que ces intitulés de débats sont révélés.

INOLTRE SU HUFFPOST

Accord de libre-échange Canada-UE: les points importants