NOUVELLES

Irak: combats vers Fallouja, où 366 personnes ont été tuées en 5 mois

31/05/2014 03:03 EDT | Actualisé 31/07/2014 05:12 EDT

Des combats ont éclaté samedi au nord de Fallouja, ville à 60 km à l'ouest de Bagdad tenue par des insurgés, où les violences ont fait 366 morts et 1.493 blessés depuis fin décembre, selon un médecin.

Les heurts ont opposé les insurgés à l'armée, qui a tenté un assaut infructueux sur Fallouja en passant par Saqlawiya, au nord de la ville, a expliqué à l'AFP un chef tribal sous couvert de l'anonymat.

Les combats ont duré trois heures et des échanges de coups de feu continuaient à la nuit, a-t-il précisé.

"Il y a des morts et des blessés des deux côtés, et des victimes parmi les civils", a-t-il assuré.

Ahmed Shami, médecin dans le principal hôpital de Fallouja, a déclaré que deux personnes avaient été tuées et 18 autres blessées dans les combats, sans plus de précisions.

Au total, 366 personnes ont été tuées et 1.493 blessées dans la région de Fallouja depuis le début de la vague de violence fin décembre dans cette ville et dans sa province d'Al-Anbar, selon M. Shami.

La plupart des victimes sont des civils tués dans les bombardements de l'armée, qui frappent régulièrement la ville depuis des mois, a-t-il précisé.

Human Rights Watch a accusé mardi l'armée de larguer des barils d'explosifs sur des zones d'habitation dans sa lutte contre les insurgés.

Les violences dans la région de Fallouja ont été déclenchées le 30 décembre par le démantèlement à Ramadi (40 km plus à l'ouest), chef-lieu de la province majoritairement sunnite d'Al-Anbar, d'un camp de protestataires sunnites anti-gouvernementaux, qui dénonçaient une discrimination de la part des autorités dominées par les chiites.

C'est la première fois que d'importantes villes échappent ainsi au contrôle des autorités depuis l'insurrection qui a suivi l'invasion américaine en 2003.

str/psr/emb/fcc

PLUS:hp