NOUVELLES

Afghanistan: le sergent américain libéré est en "bonne condition" (responsables)

31/05/2014 03:40 EDT | Actualisé 31/07/2014 05:12 EDT

Le sergent américain Bowe Bergdahl, libéré après avoir été détenu pendant cinq ans par les talibans, est en "bonne condition" et se trouve sous traitement médical sur la base aérienne de Bagram, un complexe militaire géant au nord de Kaboul, ont annoncé à l'AFP des responsables américains.

Le sergent Bergdahl "est en bonne condition, il est capable de marcher seul", ont déclaré des responsables américains de défense s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

Il a été remis au cours de la journée de samedi à "quelques dizaines" de soldats des forces spéciales américaines, soutenus par des hélicoptères et un avion de surveillance, et quelque 18 talibans étaient présents au moment de la libération, survenue dans l'est de l'Afghanistan, selon ces responsables.

Le militaire sera bientôt transféré par avion sur un hôpital militaire américain à Landstuhl, en Allemagne, a-t-on ajouté de même source. Là, "il commencera un processus de ré-acclimatation, il bénéficiera de temps pour raconter son histoire, décompresser et commencer à renouer des liens avec sa famille", a-t-on précisé.

Il pourrait ensuite être transféré dans un centre médical à San Antonio, au Texas, pour retrouver ses proches.

Le sergent Bergdahl avait été capturé par les talibans le 30 juin 2009. Sa libération a été annoncée samedi par le président américain Barack Obama.

Quasiment simultanément, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel faisait part de l'élargissement de cinq prisonniers de Guantanamo.

La libération de ces prisonniers, qui se trouvent actuellement au Qatar, constitue "une grande satisfaction" et "un immense plaisir", ont réagi les talibans dans un communiqué.

"Ils ont rejoint leurs familles au Qatar", ont-ils ajouté. "Ils ont été libérés grâce à des contacts indirects entre l'Emirat islamique d'Afghanistan (nom utilisé par les talibans lorsqu'ils étaient au pouvoir, ndlr) et les Etats-Unis et avec l'aide du gouvernement du Qatar".

ddl-eg-mam/plh

PLUS:hp