NOUVELLES

Voile: la Barcelona World Race contribuera à la recherche sur le climat

30/05/2014 04:11 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Les concurrents de la prochaine Barcelona World Race (BWR), tour du monde à la voile en double sans escale, emporteront des instruments de mesure pour participer à la surveillance du changement climatique.

La prochaine édition de la BWR partira de Barcelone le 31 décembre.

Dans le cadre d'une coopération entre l'Unesco et la Fondation Navigation Océanique Barcelone (FNOB), les skippers contrôleront la salinité et la température de l'océan et recueilleront des données météorologiques qui seront analysées par le Système mondial d'observation de l'océan (Global Ocean Observing System).

Ils déploieront également chacun pendant la course un flotteur Argo dans des zones peu fréquentées entre le Cap de Bonne Espérance et le Cap Horn afin d'améliorer la recherche sur l'évolution du climat.

C'est la première fois qu'une telle collecte de données sera organisée pendant une course, explique Mathieu Belbeoch, de la Commission océanographique intergouvernementale de l'Unesco. "C'est une occasion unique de placer des instruments de mesure dans certaines zones clés des océans peu fréquentées, et de nous adresser à un large public" en profitant de la notoriété des marins.

Pour le skipper français Jean-Pierre Dick, deux fois vainqueur de la BWR et marin de l'année 2011, "ça ne va pas être facile d'installer dans le bateau le flotteur", qui a la taille d'un homme et pèse une vingtaine de kilos, et le temps en mer est compté. "Je pense que c'est faisable", estime-t-il cependant, car "il suffit de trouver un quart d'heure pour mettre à l'eau le flotteur" et l'enregistrement des données est automatique.

Malgré son expérience de douze ans de coureur des mers et de "témoin de l'état de la planète et de l'océan", le marin lorientais juge difficile de faire des comparaisons car les routes empruntées par les courses changent.

Et douze ans c'est peu, souligne Mathieu Belbeoch: "Il faut entre 20 et 30 années de très bonnes données pour comprendre ce qui se passe et nous n'avons pour l'instant qu'une dizaine d'années de bonnes données Argo".

Le projet a été présenté à la presse à l'ONU à l'occasion de la course transatlantique en double New York-Barcelone, dont le départ sera donné le 1er juin.

Selon l'adjointe au maire de Barcelone pour le sport et présidente de la FNOB Maite Fandos, la ville catalane doit aussi accueillir en novembre la deuxième Conférence internationale pour la recherche sur l'océan. La première Conférence internationale s'était tenue en juin 2005 à Paris, à l'initiative de l'Unesco et de The Oceanography Society.

avz/bdx

PLUS:hp