NOUVELLES

Pour le président ghanéen, "toute aide" est bienvenue face à l'extrémisme en Afrique de l'Ouest

30/05/2014 02:39 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Le président ghanéen John Dramani Mahama, chef de l'organisation ouest-africaine Cédéao, a estimé vendredi que les dirigeants de la région devaient accepter "toute aide" extérieure dans leur lutte contre l'extrémisme, lors d'un sommet à Accra.

"Afin de vaincre (...) le terrorisme, nous devons nous féliciter de toute aide qui nous est offerte", a déclaré M. Mahama à l'ouverture de cette réunion de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays), qu'il préside actuellement.

Le sommet est consacré essentiellement à l'insurrection du groupe islamiste Boko Haram au Nigeria, ainsi qu'à la reprise récente des combats dans le nord du Mali, où des rebelles touareg ont repris la ville de Kidal.

"Nous ne permettrons pas que les progrés réalisés au bénéfice de beaucoup soient réduits à néant par les intérêts égoïstes et destructeurs de quelques-uns", a ajouté le président ghanéen.

Le chef de l'Etat nigérian Goodluck Jonathan a accepté une aide étrangère (américaine au premier chef) en matière militaire et de renseignements, pour tenter de libérer 219 jeunes filles enlevées mi-avril par Boko Haram dans le nord du Nigeria.

Le pays avait jusque-là refusé toute ingérence extérieure, et ce changement d'attitude a été critiqué au Nigeria, notamment par l'ancien président Olusegun Obasanjo.

Au Nigeria, pays le plus peuplé et première puissance économique du continent, l'insurrection du groupe islamiste a fait des milliers de morts depuis 2009, dont au moins 2.000 depuis le début de 2014.

str-bs/phz/jpc/tmo

PLUS:hp