NOUVELLES

Opération Diligence: l'entrepreneur Paul Sauvé veut témoigner pour la défense

30/05/2014 06:23 EDT | Actualisé 30/05/2014 06:23 EDT
Radio-Canada

Revirement de situation dans le projet Diligence : l'entrepreneur Paul Sauvé, qui jusqu'ici collaborait avec la Couronne, souhaite maintenant témoigner en faveur de certains des accusés, puisqu'il allègue que les procureurs ont refusé de tenir compte d'informations « sensibles et disculpatoires ».

L'entrepreneur intente aussi une poursuite de cinq millions de dollars contre la Sûreté du Québec, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et le procureur général du Québec pour « dommages moraux » et « atteinte intentionnelle » à ses droits.

Paul Sauvé est à l'origine de l'opération Diligence, qui portait sur l'infiltration de membres du crime organisé dans l'industrie de la maçonnerie au Québec.

En 2007, il a dénoncé aux policiers certains de ses partenaires d'affaires qui tentaient de prendre le contrôle de sa compagnie LM Sauvé. Il a d'ailleurs témoigné à ce sujet devant la commission Charbonneau.

Dans un document de 22 pages déposé jeudi en Cour supérieure, Paul Sauvé allègue que certains coaccusés du projet Diligence sont innocents. Il dit avoir tenté de le démontrer aux enquêteurs à de nombreuses reprises, sans succès.

Selon M. Sauvé, les procureurs du DPCP auraient décidé d'accuser certaines personnes en raison « de leur seule accointance avec Normand Marvin Ouimet ».

Normand « Casper » Ouimet était chef du chapitre des Hells Angels de Trois-Rivières. Il a plaidé coupable le 6 mars dernier à une accusation réduite de complot de meurtre pour son implication dans la guerre des motards.

« Étant donné que le demandeur se refuse de croire à la culpabilité par association du simple fait de travailler dans une entreprise de manière légitime, il a l'intention de témoigner pour la défense », soutient la poursuite.

Dans le document, Paul Sauvé laisse aussi entendre que ses relations avec le DPCP se sont détériorées au fil du temps.

Il allègue que les procureurs ont fait « obstruction à la réception de l'ensemble de l'information pertinente » qu'il avait à offrir.

« Le demandeur refuse catégoriquement de participer à un exercice qui fait abstraction d'une divulgation importante de l'information pertinente qu'il détient et que [sic] le DPCP connaît l'existence », soutient la poursuite.

Il estime également que le DPCP n'a pas pu fournir un ordre du jour clair au cours des procédures et accuse les enquêteurs d'avoir commis de nombreuses erreurs. Il leur reproche également de ne jamais avoir assuré sa protection.

Toujours selon Paul Sauvé, la Sûreté du Québec et le DPCP auraient « formulé les représentations fausses et inexactes afin d'obtenir [sa] participation et [sa] coopération au lancement et au développement du projet Diligence », indique-t-il dans la poursuite.

Radio-Canada a tenté, sans succès, d'obtenir les commentaires de la SQ et du DPCP.

Aucun de ces allégués n'a été prouvé devant le tribunal.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref