NOUVELLES

New York - Barcelone: un rush océanique de 3700 milles en duo

30/05/2014 08:48 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Le vent est irrégulier, perturbé par les gratte-ciels de Manhattan, et le trafic commercial est intense dans la baie de New York, d'où s'élanceront dimanche cinq monocoques de 60 pieds (18,28 m) pour un rush océanique de quelque 3700 milles vers Barcelone.

Cette transat en double marque le début d'une nouvelle ère pour la classe Imoca, ces voiliers surpuissants qui sont utilisés en solitaire dans des épreuves de légende comme le Vendée Globe ou la Route du Rhum.

La New York - Barcelone 2014 inaugurera le championnat du monde Ocean Masters, qui a pour objectif avoué d'internationaliser davantage ce type de courses, aujourd'hui dominées par les Français.

La Manhattan Challenge Charity Race, régate caritative disputée jeudi avec la Statue de la Liberté en arrière-plan, a permis aux équipages de roder quelques manoeuvres, slalommant dans un fort courant de jusant entre ferries, remorqueurs, barges et autres paquebots de croisière.

"Les Français ont gardé le secret sur ces courses trop longtemps", plaisantera dans la soirée le Britannique Keith Mills, fondateur de la société Open Sport Management (OSM), qui a fait l'acquisition des droits marketing de la classe Imoca.

"Il n'existe aucun sport comme celui-ci, où les concurrents risquent leur vie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7", affirmera-t-il lors d'une réception dans le cadre prestigieux du New York Yacht Club (NYYC).

Dans ce "saint des saints" de la voile mondiale, qui a défendu victorieusement la Coupe de l'America pendant 132 ans, de 1851 à 1983, Sir Keith a expliqué que le championnat Ocean Masters comptera aussi la Barcelona World Race (en double), dont le départ sera donné le 31 décembre 2014, et le Vendée Globe (en solo), dont la prochaine édition aura lieu en 2016-2017.

- "De bons bateaux, bien menés" -

Le Français Marc Guillemot, co-skipper de Safran, regrette évidemment qu'il n'y ait pas plus de concurrents au départ de cette nouvelle course mais, souligne-t-il, "nos adversaires ont de bons bateaux, bien menés".

Pour Guillemot, qui participera en novembre à la 10e édition de la Route du Rhum avec ce même plan VPLP-Verdier, cette transat sera "une meilleure préparation que des entraînements à partir de La Trinité sur Mer" (Morbihan).

Pour son co-équipier Morgan Lagravière, l'une des pépites de la voile française sortie de la classe Figaro, cette transat fait partie de son apprentissage en vue du prochain Vendée Globe, qu'il disputera à la barre d'un nouveau Safran. Ce bateau, en construction, sera mis à l'eau début 2015.

"Morgan n'est, pour l'instant, pas le meilleur du monde (en Imoca, ndlr) mais il a beaucoup de talent et mon rôle c'est de l'épauler pour qu'il arrive serein au départ du Vendée Globe, poursuit Guillemot. Cette course est une occasion unique".

En raison de la présence de glaces assez bas en latitude au large des côtes nord-américaines, les concurrents vont devoir allonger leur parcours. Interdiction donc de monter dans le nord et d'aller chercher l'orthodromie, la route la plus courte, a indiqué le directeur de course, le Français Jacques Caraës.

Les concurrents de cette première New York - Barcelone s'élanceront dimanche à 12h00 locales (18h00 heure française). Les voiliers sont attendus dans le port catalan une douzaine de jours plus tard.

Les cinq bateaux engagés sont, outre Safran (Guillemot/Lagravière), Hugo Boss (Pepe Ribes/Ryan Breymaier), Gaes (Anna Corbella/Gerard Marin), Neutrogena (Guillermo Altadill/Jose Munoz) et Spirit of Hungary (Nador Fa/Marcel Goszleth).

heg/jde

PLUS:hp