NOUVELLES

Mondial-2014 - "On ne passe pas": les grands défenseurs du passé

30/05/2014 05:32 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Eclipsés par les joueurs offensifs, les défenseurs effectuent le plus souvent leur travail dans l'ombre mais certains d'entre eux ont néanmoins illuminé l'histoire du football et de la Coupe du monde.

. Franz Beckenbauer, le Kaiser

Patron de la défense de la Nationalmannschaft, championne du monde en 1974, et du grand Bayern Munich, dominateur sur la scène européenne de 1974 à 1976, Beckenbauer est le premier libero des temps modernes. Il entre une première fois dans la légende en disputant une partie de la demi-finale du Mondial-1970 contre l'Italie, le bras en écharpe après un choc avec un adversaire, avant d'imposer sa classe et son charisme sur le terrain. Il est également l'exemple parfait d'une reconversion réussie. Il partage ainsi avec le Brésilien Mario Zagallo le privilège d'avoir remporté la Coupe du monde comme joueur et comme sélectionneur (1990) avant d'entamer une carrière de dirigeant. Président du Comité d'organisation du Mondial-2006 en Allemagne, membre du comité exécutif de la Fifa de 2007 à 2011, président du Bayern de 1994 à 2009, il est aujourd'hui le président d'honneur du club bavarois.

. Desailly-Blanc, la France qui gagne

L'un était une force de la nature, l'autre un arrière à la technique et à la relance sûres: à eux deux, Desailly et Blanc ont formé la plus belle paire de défenseurs centraux de l'histoire de l'équipe de France. Champions du monde (1998) et d'Europe (2000), ils ont aussi évolué dans les plus grands clubs du continent pour se construire un palmarès hors du commun, même si la Ligue des champions a toujours échappé à Blanc. Si ce dernier, en charge du Paris SG après avoir dirigé les Bleus (2010-2012), a troqué ses crampons contre le costume d'entraîneur, Desailly n'a pas encore franchi le Rubicon.

. Nilton Santos-Roberto Carlos, arrières ailés

Jusqu'à Nilton Santos et même longtemps après, il était interdit pour un arrière latéral de passer la ligne médiane. Mais ce fidèle de Botafogo qu'on surnommait "l'enciclopedia" pour sa science du jeu, était à ce point au-dessus de la moyenne techniquement qu'il a su révolutionner le poste. Son apport offensif a contribué aux deux sacres de la Seleçao en 1958 et 1962, même s'il a tardé à faire naître des vocations. Il aura fallu attendre Branco dans les années 1980 puis surtout Roberto Carlos pour définitivement faire bouger les lignes. Cmapion du monde en 2002, triple vainqueur de la Ligue des champions avec le Real Madrid, le Brésilien se démarquait par un jeu explosif, moins chaloupé que son glorieux aîné -évolution du foot et des joueurs obligent-, et une puissance de frappe phénoménale.

. Gaetano Scirea, le gentleman

Rares sont les défenseurs à avoir terminé leur carrière sans aucun avertissement. Scirea fait partie de ce cercle fermé. Elégant et porté sur l'offensive à la manière d'un Beckenbauer et d'un Giacinto Facchetti, il a participé à la campagne victorieuse de l'Italie en 1982 tout en opérant une razzia avec la Juventus Turin de Platini et Boniek. Il a connu une fin tragique en étant victime d'un accident de voiture en Pologne alors qu'il devait superviser un futur adversaire de la Juve en 1989. Il n'avait que 36 ans.

. Daniel Passarella, El Pistolero

Capitaine de l'Argentine lors de son premier sacre, à la maison en 1978, Passarella était un redoutable défenseur, extrêmement doué de la tête et doté d'un redoutable pied gauche qui en a fait le libéro le plus offensif de l'histoire. Surtout il était un vrai meneur d'hommes. Il a effectué l'essentiel de sa carrière à River Plate, entrecoupé d'un petit passage en Italie (de 1982 à 1986), avant de devenir technicien avec des fortunes diverses: 3 titres de champion avec River mais un cuisant échec avec la Celeste en quart de finale de la Coupe du monde 1998.

. Baresi-Maldini, les maudits

Deux joueurs de classe mais un palmarès inachevé en équipe nationale, marqué par une cruelle désillusion en finale du Mondial-94, perdue aux tirs au but contre le Brésil. Baresi, défenseur central raffiné, et Maldini, arrière gauche passé ensuite dans l'axe, ont tout gagné sous le maillot de l'AC Milan mais n'ont jamais connu les honneurs avec la Nazionale. Ce n'est pas faute d'avoir essayé de la part de Maldini qui a tout de même pris part à quatre phases finales de Coupe du monde (1990, 1994, 1998, 2002).

kn/nip/jcp

PLUS:hp