NOUVELLES

L'Inde est ébranlée par de nouvelles affaires de viols

30/05/2014 08:31 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

LUCKNOW, Inde - L'Inde est ébranlée par de nouvelles histoires de viols.

Dans un premier temps, deux cousines de 14 et 15 ans ont été attaquées et tuées mardi dans un champ près du village de Katra, dans l'État d'Uttar Pradesh. Leurs corps ont ensuite été suspendus à un arbre.

Des villageois en colère qui reprochaient aux policiers de ne pas avoir pris au sérieux la disparition des adolescentes ont encerclé l'arbre pour empêcher la police de récupérer les corps, tant que les responsables n'auraient pas été arrêtés.

Quatre hommes, dont deux policiers, ont été épinglés mercredi et trois autres suspects sont recherchés. Deux autres policiers ont aussi été congédiés et sont maintenant accusés de complot criminel pour avoir refusé d'agir quand les pères des deux victimes les ont déclarées disparues.

Le ministre en chef de l'Uttar Pradesh, Akhilesh Yadav, s'est toutefois moqué des journalistes qui lui posaient des questions au sujet de cette affaire.

«Est-ce que vous n'êtes pas en sécurité? Êtes-vous en danger?, a-t-il demandé. Alors pourquoi vous inquiétez-vous? Pourquoi est-ce que vous vous occupez de ça?»

Des vidéos des corps des filles accrochés à un arbre tournaient en boucle à la télévision indienne.

Lors d'un second incident, celui-là aussi dans l'État d'Uttar Pradesh, un homme a été arrêté en lien avec le viol, le 11 mai, d'une adolescente dans la ville d'Etawah.

Cinq hommes — dont le père, un frère et un cousin de l'accusé — ont attaqué lundi la mère de la victime pour la contraindre à abandonner les accusations. La femme a été rouée de coups et se trouvait dans un état critique à l'hôpital. Trois hommes ont été arrêtés jeudi pour leur rôle présumé dans cette attaque et deux autres sont recherchés.

Mercredi, une adolescente de 17 ans a été attaquée et violée par quatre hommes dans un champ du sud-ouest de l'Uttar Pradesh. Un suspect a été arrêté.

On rapporte 25 000 viols par année en Inde, mais des militants affirment que le chiffre réel est nettement plus élevé en raison de l'hésitation des femmes à dénoncer les agressions dont elles sont victimes.

Les autorités indiennes témoignent d'une nouvelle préoccupation face aux accusations de viol depuis 2012, quand une femme de 23 ans a été victime d'un viol collectif mortel à bord d'un autocar à New Delhi, ce qui avait déclenché d'importantes manifestations.

PLUS:pc