NOUVELLES

François : la Syrie victime de "la mondialisation de l'indifférence"

30/05/2014 10:10 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

La Syrie est victime de "la mondialisation de l'indifférence" et les chrétiens jouent leur "survie" au Moyen-Orient, a jugé vendredi le pape François, demandant aux organismes catholiques de fournir des aides sans discriminations religieuses.

Au bout de trois ans de guerre, "le risque existe d'oublier les indicibles souffrances", s'est-il insurgé dans un message adressé aux participants d'une rencontre de coordination des aides à la Syrie. "Nous devons répéter le nom de cette maladie qui nous fait tant de mal aujourd'hu i: la mondialisation de l'indifférence".

Il avait employé cette formule désormais célèbre en juillet 2013, sur l'île italienne de Lampedusa, pour condamner les naufrages des barques transportant des immigrés clandestins en Méditerranée.

Le pape argentin a demandé une nouvelle fois à "toutes les parties d'autoriser immédiatement l'aide humanitaire, de faire taire les armes et de s'engager à négocier", pour permettre notamment aux réfugiés de jouir de "leur droit" de revenir "le plus vite possible dans leur patrie".

Le Conseil pontifical "Cor Unum" (gérant les oeuvres de l'Eglise) réunissait à Rome 25 organismes engagés sur le terrain, notamment les Caritas, ainsi que des nonces (ambassadeurs) et évêques de la région.

Le pape les a appelées à "soutenir les Eglises locales et toutes les victimes de la guerre, sans distinctions ethniques, religieuses et sociales". "Je pense, a-t-il ajouté, aux chères communautés chrétiennes. Leur survie dans tout le Moyen-Orient est une profonde préoccupation de l'Eglise universelle. Le christianisme doit pouvoir continuer à vivre là où il a ses origines".

La veille, le cardinal guinéen Robert Sarah, qui dirige Cor Unum, avait appelé les Etats-Unis, la Russie et les pays du Moyen-Orient de "retrouver le courage d'une action commune" pour sauver la Syrie.

jlv/fka/bds

PLUS:hp