NOUVELLES

Cali, Mali et Ido en campagne au Sénégal pour l'aide au développement

30/05/2014 06:09 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Debout sous un arbre à Keur Matabara, hameau de l'ouest du Sénégal, le chanteur français Cali explique être venu là pour prendre le pouls de l'aide au développement, "essentielle" à ce pays et faire en sorte qu'elle ne baisse pas davantage.

Il y est venu cette semaine avec un autre chanteur français, Christophe Mali et avec le comédien franco-burkinabé Jacky Ido "pour voir sur place comment ça se passe, se rendre compte par nous-mêmes", explique Cali à l'AFP.

Ce voyage au cours duquel ils ont visité plusieurs projets de développement, s'est effectué avec l'ONG One, co-fondée par le chanteur Bono qui lutte contre l'extrême pauvreté et les maladies évitables, particulièrement en Afrique.

Assis sous une bâche dans la cour du dispensaire, ils écoutent attentivement des habitants de Keur Matabara, hameau de 450 âmes proche de Thiès (ouest), expliquer comment le paludisme y a nettement reculé avec l'appui du gouvernement et d'ONG.

Yacine Guèye raconte qu'elle a déjà perdu une fille, décédée de paludisme, mais qu'un autre de ses enfants a été sauvé grâce au "dispensateur de soins à domicile", que tout le monde appelle ici "DSDom" et où il vient depuis 20 mois.

Le DSDom, Mamadou Ba, est fier de montrer les chiffres consignés dans un registre: "En avril, j'ai consulté 18 personnes" pour des cas de paludisme, d'infections respiratoires et de diarrhée, "il y a eu zéro décès!"

Les deux chanteurs et le comédien sont aussi allés à Khombole, à l'est de Dakar, avec les femmes de l'Association rurale de lutte contre le sida (ARLS), actives depuis 1992.

Sensibilisation au VIH-sida, aide au dépistage, distribution de préservatifs, appui et conseil pour les séropositifs ou leurs famille: en 22 ans, grâce à l'aide, elles ont réussi à fédérer 140 groupements féminins qui touchent aujourd'hui 17 collectivités locales. Elles disposent d'une "case de santé", d'une mutuelle d'épargne et de crédit et d'une troupe de théâtre pour mieux porter leur message.

- Aide efficace, peu coûteuse -

A l'hôpital de Thiès, Cali, Christopha Mali et Jacky Ido ont vu et entendu une centaine de femmes avec leurs bébés regroupés sous une véranda pour une séance de vaccination intégrant "suivi nutritionnel des enfants et causerie" sur la santé de la mère et de l'enfant.

Selon le médecin-chef du district, Moustapha Diop, depuis l'instauration en octobre 2013 d'un programme national de couverture maladie universelle qui rend gratuits les soins de santé pour les enfants de zéro à cinq ans, "les gens viennent plus à ces séances, parce que les finances ne sont plus un problème. Et le taux de mortalité infantile a baissé".

Durant leur séjour, les trois Français ont également rencontré des jeunes actifs dans les domaines des technologies, de l'agro-business et visité l'Institut Pasteur de Dakar et son unité de production de vaccins.

"On s'aperçoit après avoir parlé avec tout le monde que l'aide au développement, notamment de la France, est essentielle. On le voit sur place, avec des résultats concrets", déclare Cali.

Jacky Ido contate que la lutte contre la pauvreté se fait "avec des actions très probantes sur le terrain. (...) On peut vraiment aller vers l'extinction de ce fléau".

Christophe Mali compte "rapporter toutes ces informations en France pour mobiliser" contre une réduction de l'Aide publique au développement (APD).

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'APD de la France a été en 2012 de près de 8,9 milliards d'euros, en baisse de 0,8% par rapport à 2011.

Ce montant "représente 0,46% de son revenu national brut (RNB), en-deçà de l'engagement international qu'elle a pris" d'atteindre 0,7%.

"On est extrêmement inquiets. Ca fait maintenant trois ans que la France a baissé son aide au développement. (...) En ce moment, le gouvernement est en train d'essayer de faire encore plus d'économie dans les années qui viennent", affirme Friederike Roder, directrice de One-France.

Elle ne voudrait pas que cela touche l'APD qui est "une politique efficace mais peu coûteuse. C'est ça aussi le message."

cs/stb/sba

PLUS:hp