NOUVELLES

Burundi: l'ONU s'inquiète du sort du militant Pierre Mbonimpa

30/05/2014 05:32 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Les Nations unies s'inquiètent du sort du président de la principale organisation de défense des droits de l'homme du Burundi, détenu depuis le 15 mai, a indiqué vendredi le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Les Nations unies "sont préoccupées" par le cas de Pierre Mbonimpa et "demandent au gouvernement burundais de respecter son droit à un procès équitable, en conformité avec les normes internationales sur les droits de l'homme que le Burundi s'est engagé à appliquer", a-t-il déclaré.

Pierre Mbonimpa préside l'Association pour la protection des personnes détenues et des droits humains (Aprodeh) au Burundi. Il a été "inculpé pour atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat et écroué" à Bujumbura, selon le procureur de la capitale burundaise, Arcade Nimubona.

Toujours selon son porte-parole, l'ONU "continue de suivre de près la situation politique au Burundi et s'inquiète des restrictions sur les libertés publiques qui frappent des membres de partis politiques d'opposition, des médias et des organisations de la société civile, en particulier à l'approche des élections de 2015".

M. Mbonimpa, prix Henri Dunant en 2011 pour son engagement en faveur des droits de l'homme, dénonce depuis années des assassinats et massacres d'opposants burundais, comme l'exécution d'une trentaine de militants de l'ex-rébellion des Forces nationales de libération (FNL) en 2007.

Le militant avait récemment affirmé sur la radio privée RPA, réputée proche de l'opposition, que de jeunes Burundais recevaient une formation militaire dans la région d'Uvira, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), assurée par un officier des services secrets burundais.

avz/sam

PLUS:hp