NOUVELLES

USA: l'économie s'est contractée de 1% au premier trimestre

29/05/2014 08:34 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

L'économie des Etats-Unis s'est contractée davantage que prévu au premier trimestre, selon la deuxième estimation du département du Commerce nettement révisée en baisse jeudi.

Le produit intérieur brut (PIB) américain a reculé de 1% en rythme annualisé de janvier à mars, après avoir progressé de 2,6% au cours du dernier trimestre 2013.

La prévision médiane des analystes tablait sur un retrait de 0,5% alors que le ministère avait initialement estimé la croissance du premier trimestre à +0,1%.

C'est la première fois depuis le premier trimestre 2011 que la première économie mondiale voit son PIB se contracter.

L'hiver particulièrement rigoureux a affecté tous les secteurs de l'économie hormis les dépenses de consommation, qui se sont maintenues à +3,1% portées par les dépenses dans les services (+4,3%).

Toutefois cette contraction ne fait pas craindre une récession, définie par deux trimestres consécutifs de recul du PIB.

Les économistes s'attendent à une croissance plus dynamique au deuxième trimestre, autour de 3%, comme l'a rappelé la présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) Janet Yellen début mai, affirmant que l'économie était "sur la voie d'une solide croissance".

Lors de son précédent recul début 2011, le PIB américain avait enregistré une baisse de 1,3%.

L'économie américaine a été en récession à la suite de la crise financière de décembre 2007 à juin 2009.

Le retrait annoncé jeudi "reflète des contributions négatives des stocks, des exportations, de l'investissement résidentiel et non résidentiel ainsi que des dépenses des gouvernements des Etats", indique le communiqué du ministère.

La révision en baisse de 1,1 point s'explique notamment par une nouvelle estimation des stocks, qui montre que les industriels ont puisé dans ces stocks plutôt que de produire de nouveaux biens pour satisfaire la demande. Il en résulte qu'à eux seuls les stocks ont ôté 1,6 point de croissance.

Les dépenses d'investissement ont chuté de 11,7%, marquées par un recul de l'investissement non-résidentiel (-1,6% contre +5,7% au 4e trimestre), et de l'investissement dans les équipements (-3,1%). L'investissement résidentiel est en retrait de 5%.

Les exportations ont aussi reculé de 6% après avoir augmenté de 9,5% au trimestre précédent, tandis que les importations, que l'on déduit du PIB, sont en hausse de 0,7%.

Si les dépenses du gouvernement fédéral ont progressé de 0,7% au premier trimestre après avoir chuté de 12,8% fin 2013 lors du bras de fer avec le Congrès qui avait conduit à une fermeture des services administratifs en octobre, celles des Etats et collectivités locales ont poursuivi leur recul (-1,8%).

Le ministère du Commerce publiera le 25 juin sa troisième et dernière estimation du PIB.

vmt/jt/bdx

PLUS:hp