NOUVELLES

Une résolution pour forcer l'acheminement de l'aide humanitaire en Syrie?

29/05/2014 08:37 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

NATIONS UNIES, États-Unis - L'Australie, le Luxembourg et la Jordanie prévoient faire circuler une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui autoriserait l'acheminement de l'aide humanitaire en Syrie par quatre passages frontaliers, sans l'approbation du gouvernement du président Bachar el-Assad.

L'ambassadeur d'Australie aux Nations unies, Gary Quinlan, a déclaré aux journalistes après une réunion du conseil, jeudi, que 90 pour cent de l'aide humanitaire actuellement livrée en Syrie allait «aux régions contrôlées par le gouvernement», et que les Syriens vivant dans les zones rebelles ne recevaient pas de nourriture ni de médicaments.

M. Quinlan a indiqué que la résolution, qui sera soumise «très rapidement», répondrait aux appels du secrétaire général Ban Ki-moon, qui a demandé au Conseil de sécurité d'agir pour aider les Syriens dans le besoin. M. Quinlan n'a pas donné plus de détails.

Des diplomates proches des discussions ont indiqué que la résolution relèverait du chapitre 7 de la Charte des Nations unies, ce qui signifie qu'elle pourrait être appliquée par la force militaire si nécessaire. Elle autoriserait le passage de l'aide humanitaire à trois postes frontaliers avec la Turquie et à un autre avec l'Irak. Les diplomates qui ont fait ces révélations ont réclamé l'anonymat parce que le projet de résolution n'a pas encore été rendu public.

Actuellement, toute l'aide humanitaire acheminée en Syrie passe obligatoirement par la capitale, Damas, une pratique très critiquée par la responsable des affaires humanitaires de l'ONU, Valerie Amos.

Un état des lieux établi par huit organisations d'aide humanitaire qui travaillent en Syrie, obtenu par l'Associated Press, rapporte une détérioration de la situation humanitaire dans le pays depuis 30 jours.

PLUS:pc