NOUVELLES

Un conflit oppose la Guilde des musiciens du Québec au syndicat américain

29/05/2014 02:00 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Jugeant être «placés dans une situation absurde», le conseil d'administration et plusieurs membres de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ) ont exprimé jeudi leur souhait de se désaffilier à l'American Federation of Musicians (AFM).

Ils invitent donc les membres de la GMMQ à voter pour la désaffiliation lors d'un référendum qui se tiendra la semaine prochaine.

Le conseil d'administration affirme avoir tenté en vain de faire comprendre les particularités de la scène musicale québécoise à l'AFM pendant trois ans. La GMMQ accuse l'AFM de lui «imposer un carcan absolument inadapté à la réalité de l'industrie de la musique au Québec».

Le guitariste et président de la GMMQ, Luc Fortin, souhaite notamment pouvoir faciliter l'emploi de musiciens québécois pour l'enregistrement de musique de film, de télévision et de jeux vidéo.

Par communiqué, l'auteur-compositeur-interprète Martin Léon a souligné que la particularité culturelle du Québec en Amérique du Nord se vit entre autres «dans notre façon de travailler et dans l'ensemble des voies par lesquelles nous pouvons pratiquer notre métier de musicien». Il accuse l'AFM de manquer d'écoute face à la réalité québécoise.

Même son de cloche du côté de Louis-Jean Cormier, qui considère que l'AFM «se contente de s'asseoir» sur les 325 000 $ que lui envoie la Guilde chaque année et répond aux préoccupations des membres «par des menaces et de l'intimidation».

Réagissant à la volonté des musiciens québécois de choisir s’ils souhaitent maintenir ou non leur affiliation à l’American Federation of Musicians, cette dernière a récemment fait parvenir à la GMMQ une mise en demeure formelle par laquelle elle remet en question leur liberté d’association et brandit la menace d’une tutelle, un geste qu'a dénoncé Luc Fortin.

Le référendum sur la désaffiliation se tiendra du 2 au 8 juin.

PLUS:pc