NOUVELLES

Ont.: Hudak parle d'une entente secrète des libéraux sur un projet immobilier

29/05/2014 07:49 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

TORONTO - Les progressistes-conservateurs en Ontario ont dévoilé des documents, jeudi, qui montrent selon eux que les libéraux au pouvoir ont approuvé secrètement un sauvetage de 317 millions $ d'un projet immobilier à Toronto d'un entrepreneur privé et d'un organisme de bienfaisance, une accusation réfutée par les libéraux.

Le gouvernement provincial a dépensé 71 millions $ pour acheter le terrain pour élargir le centre de recherche en innovation MaRS au centre-ville de Toronto, et a accordé un prêt de 234 millions $ pour une nouvelle tour, mais les documents montrent que MaRS et l'entrepreneur n'étaient pas en mesure de rembourser l'argent, a fait valoir le chef progressiste-conservateur, Tim Hudak.

La première ministre sortante Kathleen Wynne a ainsi approuvé secrètement un sauvetage de plusieurs millions de dollars avant la campagne électorale, a soutenu M. Hudak, lors d'un arrêt à Toronto en vue des élections du 12 juin.

Selon ces documents, que les progressistes-conservateurs disent avoir reçus d'une taupe au gouvernement, le prix d'acquisition du projet immobilier de 317 millions $ inclurait le prêt gouvernemental de 234 millions $ à MaRS et à l'entrepreneur.

Mme Wynne a qualifié ces affirmations de fausses, disant que l'entente proposée n'avait pas été rendue publique puisqu'elle n'était pas encore conclue.

Si l'accord devait être finalisé, l'édifice abriterait des bureaux gouvernementaux, permettant d'épargner sur des frais de location, a argué la chef libérale.

«C'est le genre de décision responsable que le gouvernement se doit de prendre dans le but d'utiliser l'argent des contribuables de la manière la plus judicieuse possible», a dit Mme Wynne, également en campagne à Toronto.

Les progressistes-conservateurs ont rétorqué que le gouvernement aurait dû procéder par appel d'offres s'il avait véritablement besoin d'espaces de bureaux. Ils ont soutenu que les libéraux avaient utilisé l'argent des contribuables pour éviter l'embarras politique de voir la fin du projet immobilier en plein milieu des élections.

Les néo-démocrates ont qualifié le sauvetage de MaRS d'«autre exemple des libéraux ayant les priorités à la mauvaise place».

«Je dois vous dire que je suis plutôt inquiète s'il s'agit d'un autre exemple des libéraux faisant tout en leur possible pour tenter d'écarter tout avis suggérant qu'ils ont pris les mauvaises décisions», a exprimé la chef du NPD, Andrea Horwath.

PLUS:pc