NOUVELLES

Les prix alimentaires repartent en hausse, selon la Banque mondiale

29/05/2014 09:19 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

Les prix alimentaires sur le globe sont repartis en hausse pour la première fois depuis près de deux ans sous l'effet notamment d'une flambée des cours en Ukraine, a indiqué la Banque mondiale jeudi.

Entre janvier et avril, les prix mondiaux ont augmenté de 4%, effaçant quasiment leur repli de 3% observé au cours des trois mois précédents, écrit la BM dans son rapport trimestriel.

La hausse est particulièrement sensible pour le blé (+18%), le sucre (+13%) ou le maïs (+12%).

Cette poussée met fin au mouvement de baisse "continu" observé depuis le pic d'août 2012, selon ce document qui note toutefois que le niveau des prix alimentaires en avril reste inférieur de 2% à celui observé un an auparavant.

"L'augmentation de l'incertitude météorologique et de la demande d'importations ainsi que, dans une moindre mesure, l'incertitude liée à la situation en Ukraine, expliquent en grande partie l'augmentation des prix", explique la Banque.

Au coeur d'une profonde crise politique et économique, l'Ukraine, troisième exportateur mondial de maïs et sixième de blé, affiche les hausses les plus spectaculaires.

Entre janvier et avril, le maïs a ainsi vu sa valeur s'envoler de 73% en Ukraine où le prix du blé a, lui, flambé de 37%.

La Banque mondiale s'inquiète également de la "sécheresse" qui frappe les régions productrices de blé aux Etats-Unis.

La hausse a toutefois été ralentie par la forte chute des prix du blé en Argentine (-38%), du maïs au Mozambique (-41%) et du sorgho en Ethiopie (-43%) au cours de ce trimestre.

Sur cette période, les prix mondiaux du riz se sont par ailleurs repliés de 12%, note la Banque mondiale.

"Au cours des prochains mois, nous devons surveiller de près ces prix pour s'assurer que de nouvelles hausses ne fassent pas peser une pression supplémentaire sur les plus défavorisés", indique Ana Revenga, une des vice-présidentes de la BM, citée dans un communiqué.

En 2007 et 2008, la flambée des prix alimentaires avait provoqué "des dizaines" d'émeutes de la faim à travers le globe, en Inde, au Cameroun ou à Haïti, note la BM.

"Ces épisodes nous rappellent le lien étroit entre la sécurité alimentaire et les conflits", indique son rapport.

jt/soe/bdx

PLUS:hp