NOUVELLES

Les Clippers vendus à l'ancien PDG de Microsoft pour 2 milliards $ ?

29/05/2014 08:51 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

LOS ANGELES, États-Unis - Les Clippers de Los Angeles pourraient être vendus à l'ancien PDG de Microsoft Steve Ballmer pour deux milliards $US.

Une personne au courant des négociations a indiqué à l'Associated Press que Ballmer et Rochelle «Shelly» Sterling avaient conclu une entente, jeudi. La vente de l'équipe devra maintenant être approuvée par la NBA.

Shelly Sterling négociait la vente de l'équipe après que son mari, Donald Sterling, eut tenu des propos racistes qui ont été rendus publics. Cela avait mené le commissaire de la NBA, Adam Silver, à bannir à vie Donald Sterling, en plus de lui imposer une amende de 2,5 millions $ et de recommander aux propriétaires des autres équipes de la NBA de le forcer à vendre les Clippers.

Ballmer a battu la firme Guggenheim Partners et un groupe incluant l'ancien joueur étoile de la NBA Grant Hill.

On ne sait pas si la vente de l'équipe sera complétée. La personne, qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, a expliqué que Donald Sterling n'avait pas été impliqué dans les négociations et qu'«en bout de ligne, il doit approuver la vente de l'équipe. Ils ne vont pas vendre sa part de 50 pour cent dans l'équipe sans son accord».

L'avocat de Donald Sterling a d'ailleurs dit que ça n'arrivera pas. «Sterling ne va pas vendre l'équipe, a déclaré son avocat, Bobby Samini. C'est sa position. Il ne va pas la vendre».

Pourtant, l'Associated Press a obtenu une lettre envoyée le 22 mai et écrite par un autre avocat de Sterling dans laquelle on pouvait lire que «Donald T. Sterling autorise Rochelle Sterling à négocier la vente des Clippers de Los Angeles en compagnie de la National Basketball Association». Il y avait aussi une ligne mentionnant «lue et approuvée», ainsi que la signature de Donald Sterling.

Samini a cependant indiqué que Sterling a changé de position en raison de la «conduite de la NBA». Il a dit que la peine imposée par Silver était la démonstration qu'il avait décidé d'agir comme «juge, jury et bourreau».

PLUS:pc