NOUVELLES

Etats-Unis: la NBA n'a "rien" contre Donald Sterling, affirme l'avocat du milliardaire

29/05/2014 06:20 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

La procédure de la Ligue nord-américaine de basket-ball (NBA) contre le propriétaire des Los Angeles Clippers Donald Sterling, qu'elle a suspendu à vie pour racisme, n'a aucun fondement juridique, a assuré jeudi l'avocat du milliardaire de 80 ans.

"Ils n'ont rien contre M. Sterling, car il ne s'est pas mis en infraction, il a le droit de dire ce qu'il veut", a déclaré Me Maxwell Blecher à la chaîne de télévision CNN.

"Selon la loi californienne, un enregistrement à caractère privé ne peut être utilisé dans une procédure sauf s'il s'agit d'une procédure d'+impeachment+ (procédure de destitution d'un haut-fonctionnaire, ndlr). La NBA m'a indiqué dans un courrier que cet enregistrement obtenu illégalement était leur seul élément à charge, or cet élément ne peut pas être utilisé selon la loi californienne, ils n'ont donc rien contre lui", a-t-il ajouté.

"Cette conversation était à caractère privé, c'était une querelle d'amoureux", a souligné Me Blecher.

L'affaire Sterling a débuté lorsque le site d'informations spécialisées dans l'actualité people TMZ a diffusé l'enregistrement d'une conversation entre Sterling et sa jeune assistante, dont il était amoureux.

Dans cette conversation, Sterling exhorte la jeune femme à "ne pas s'afficher sur les réseaux sociaux avec des noirs" et "ne pas les amener aux matches des Clippers".

La NBA a suspendu à vie Sterling, lui a infligé une amende de 2,5 millions de dollars et a recommandé la vente forcée de l'équipe des Clippers, mesure qui doit recevoir l'agrément des trois-quarts des 29 autres propriétaires d'équipes NBA.

Le comité directeur de la NBA, avec les 29 propriétaires et en présence de M. Sterling, va se réunir mardi à New York.

Me Blecher a qualifié ce comité de "tribunal irrégulier".

Il a clairement indiqué que le propriétaire des Clippers, qui a fait fortune dans l'immobilier, était prêt à se pourvoir en justice.

"Ils ont déjà placé une guillotine sur la tête de M. Sterling, ils vont lui confisquer son équipe illégalement, et s'ils ne veulent pas de procédure contre eux, ils doivent nous le faire savoir avant mardi", a-t-il menacé.

jr/gv

PLUS:hp