NOUVELLES

Rene Bourque rachète une saison difficile en s'illustrant en séries

28/05/2014 12:31 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Rene Bourque n'a totalisé que neuf buts en 63 matchs en saison régulière. Il en compte seulement un de moins en séries, soit huit, en 16 rencontres. Méconnaissable le patineur de Lac La Biche, vous dites?

«C'est agréable de voir ses efforts être récompensés. Mais plus encore d'avoir aidé l'équipe à l'emporter et à prolonger la série», a affirmé l'étoile individuelle de la victoire de 7-4 du Canadien, mardi.

«Il y a de ces matchs où la rondelle vous colle après. En première période, je n'arrivais pas à mettre le bâton dessus. Elle bondissait partout. En deuxième, Lars Eller a fait un beau jeu tout juste après la fin d'une supériorité numérique et Dale Weise m'a servi de superbes passes sur mes deuxième et troisième buts.»

Le deuxième but de Bourque, qui a freiné l'élan des Rangers en deuxième période, a relancé le Tricolore.

«Nous venions de créer l'égalité 4-4 et le Canadien a concrétisé sa chance de marquer suivante», a noté l'entraîneur des Rangers Alain Vigneault.

Bourque a écopé une pénalité majeure pour double-échec, en plus d'une inconduite de 10 minutes, après la conclusion de la rencontre. Il ne devrait donc pas être sanctionné davantage.

Tokarski inébranlable

Dans tout ce tourbillon de deuxième période, le jeune gardien Dustin Tokarski est demeuré de glace.

«Je suis toujours calme comme ça», a-t-il lancé, quand on lui a demandé s'il lui arrivait d'être nerveux.

Tokarski est resté bien concentré après avoir vu les Rangers combler rapidement un retard de trois buts en deuxième période.

«Ç'a été un match en montagnes russes. Les gars ont bien bagarré, a-t-il analysé. À 4-4, je me disais que c'était l'égalité et que nous avions le soutien de nos partisans. Je me concentrais pour arrêter le tir suivant parce que je savais que le prochain but pouvait faire la différence.»

En troisième période il a été à la hauteur, particulièrement au moment où le CH a dû se défendre à court de deux patineurs.

«Le gardien doit être le meilleur joueur en infériorité numérique. Les gars ont réussi quelques buts en supériorité numérique. C'était à mon tour de faire ma part.»

Interrogé au sujet de l'incident John Moore-Dale Weise, Therrien a dit que la bonne décision avait été rendue sur la glace et qu'il laisse maintenant le soin à la LNH de gérer la suite des choses.

L'entraîneur a assuré que Weise, qui a été très ébranlé sur la séquence, avait été évalué par les médecins de l'équipe qui ont autorisé son retour dans l'action.

Therrien n'a par ailleurs pas voulu dire si Alexei Emelin pourra revenir au jeu dans le sixième match, se contentant de dire qu'il était blessé au «corps».

Le Canadien est au tiers sorti du bois. Et comme l'a souligné Max Pacioretty, l'équipe se retrouve dans la même position qu'elle l'a été contre les Bruins de Boston lors de la série précédente.

Le Tricolore n'a jamais été aussi proche d'une participation à la finale de la Coupe Stanley depuis sa dernière conquête en 1993.

En 2010, l'équipe s'était inclinée en cinq matchs en finale de l'Est contre les Flyers de Philadelphie.

PLUS:pc