NOUVELLES

Problèmes d'accès à Facebook en Thaïlande, la junte dit n'y être pour rien

28/05/2014 06:20 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

Les internautes en Thaïlande se sont alarmés mercredi après des problèmes d'accès à Facebook, mais la junte au pouvoir a assuré n'y être pour rien, malgré sa fermeture de plus de 300 sites en moins d'une semaine de pouvoir.

"Urgent: Facebook a été suspendu", écrivait entre autres un internaute sur le réseau social concurrent Twitter.

"Ce serait du suicide. Le pays tout entier manifesterait", plaisantait un autre, alors que les réseaux sociaux sont très utilisés en Thaïlande.

"Nous n'avons pas ordonné le blocage de Facebook. Ce n'est pas la politique du Conseil national pour la paix et l'ordre" (le nom de la junte), a assuré à l'AFP le porte-parole du régime, le colonel Winthai Suvaree.

Il est intervenu ensuite à la télévision nationale, interrompant ses programmes, pour répéter ces dénégations.

"Facebook a connu de légers problèmes techniques et le ministère de l'Information et des Technologies de la communication essaye de les régler", a-t-il ajouté.

"Facebook est de retour", ont salué des internautes quelques minutes plus tard.

Selon le Bureau de protection et de répression des crimes technologiques, organe officiel interrogé mercredi par l'AFP, 330 sites ont été fermés depuis le coup d'Etat jeudi dernier.

La junte a affirmé que la lutte contre le crime de "lèse-majesté" ou toute autre "menace à la sécurité nationale" en ligne serait une de ses priorités.

La junte a détenu des centaines de personnalités depuis son arrivée au pouvoir, a interdit les manifestations et coupé les télévisions pendant plusieurs jours, entre autres restrictions aux libertés civiles.

L'ex-Première ministre Yingluck Shinawatra et plusieurs de ses ministres ont été détenus pendant plusieurs jours dans un lieu tenu secret.

tp-dr-dth/abd/fw

PLUS:hp