DIVERTISSEMENT

Les médias britanniques ignorent des clichés du postérieur de la duchesse Kate Middleton

28/05/2014 06:37 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT
Chris Jackson via Getty Images
CALGARY, AB - JULY 07: Catherine, Duchess of Cambridge speaks to soldiers as she arrives at Calgary Airport on July 7, 2011 in Calgary, Canada. The newly married Royal Couple are on the eighth day of their first joint overseas tour. The 12 day visit to North America is taking in some of the more remote areas of the country such as Prince Edward Island, Yellowknife and Calgary. The Royal couple started off their tour by joining millions of Canadians in taking part in Canada Day celebrations which mark Canada's 144th Birthday. (Photo by Chris Jackson/Getty Images)

La presse britannique a globalement ignoré des photos de l'épouse du prince William, robe relevée --diffusées en Allemagne et Australie et vues par d'innombrables internautes-- autorégulation ou peur du gendarme, dans l'attente d'un nouvel organe de contrôle des médias.

Seuls Le Sun et le Daily Mail ont utilisé les images saisies par une "citizen-paparazzi" en avril lors de la tournée du couple en Australie, au moment ou les rotors de l'hélicoptère royal ont découvert le postérieur de Kate.

Le premier tabloïd a cependant modifié le cliché en y ajoutant le logo d'une couronne stratégiquement placée, tandis que le second l'a pixélisé.

D'innombrables internautes ont visionné les images de par le monde. Ils ont été plus de douze millions à consulter sur YouTube "l'album-photo" d'une mésaventure similaire de Kate, à l'aéroport canadien de Calgary en 2011.

Dans une tribune, le Times dénonçait mercredi comme "sordide et révulsant" la publication de "ce moment à la Marilyn", en référence à la célèbre image de Marilyn Monroe jupe relevée au dessus d'une bouche d'aération de métro.

Tout en fustigeant "le manque de respect pour la femme", la journaliste Carol Midgley conseille à Kate d'imiter Elizabeth II, sa belle-mère, qui fait coudre des petits plombs dans les plis de ses robes pour éviter "des catastrophes provoquées par le vent".

Après le Bild allemand, le Sydney Daily Telegraph australien de Rupert Murdoch a publié le cliché controversé en dénonçant "l'auto-censure ridicule" des médias britanniques.

Ces derniers s'étaient déjà interdit d'utiliser des photos de Kate, 32 ans, seins nus au soleil de Provence en 2012, qui avaient valu au magazine français Closer d'être condamné.

A l'époque, le palais royal avait menacé de poursuites les médias indélicats. Cette fois, il s'est abstenu de tout commentaire immédiat.

La retenue des médias britanniques tranche avec des méthodes passées, telles les écoutes illicites exposées dans le cadre du procès-fleuve du défunt dominical News of the World, en cours à Londres.

Le scandale a occasionné un bras de fer entre les politiques partisans d'un nouvel organe de contrôle, et une industrie hostile au changement, au nom de la liberté de la presse.

Le projet de réforme endossé par les trois principaux partis concerne la presse écrite, et ignore largement internet.

INOLTRE SU HUFFPOST

William et Kate visitent le Jardin botanique de Singapour
La tournée du couple en Asie