NOUVELLES

Maroc: nouveau rassemblement pour la libération de militants pro-réformes

28/05/2014 08:42 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

Plus de 200 personnes ont à nouveau manifesté mercredi à Rabat, au Maroc, pour réclamer la libération de militants du mouvement pro-réforme du 20-Février récemment condamnés à des peines de six mois à un an de prison, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Une justice aux ordres", "Libérez nos enfants", "Nous ne céderons pas", ont scandé devant le ministère de la Justice les participants, brièvement rejoints par un groupe de diplômés au chômage, dont les manifestations sont coutumières dans la capitale.

"Nous sommes déterminés. Nous manifestons devant ce ministère pour dénoncer le simulacre de procès qui a condamné ces jeunes militants", a affirmé à l'AFP Hakim Sikouk, membre de l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).

Quelque 200 personnes, dont des proches des condamnés, avaient déjà défilé dans le calme dimanche à Rabat pour réclamer leur remise en liberté.

Jeudi dernier, cinq militants du 20-Février ont écopé d'un an de prison ferme et quatre autres de six mois pour "organisation d'une manifestation non autorisée" et "violences envers des fonctionnaires de police".

Ils ont été interpellés le 6 avril durant une "marche nationale" ayant rassemblé quelque 10.000 personnes à Casablanca, à l'appel de trois des principaux syndicats du royaume, pour protester contre la politique du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Des ONG affirment que ces militants ont été arrêtés après avoir scandé des slogans "contre le régime", tandis qu'une source policière a affirmé à l'AFP que cinq membres des forces de l'ordre avaient été blessés.

Né durant le Printemps arabe, le mouvement du 20-Février réclame des réformes sociales et politiques profondes. Ses activités ont décliné durant l'année écoulée, les militants dénonçant une répression à leur égard.

Les autorités affirment de leur côté que l'essentiel des revendications ont été satisfaites avec l'adoption à l'été 2011 d'une nouvelle Constitution censée renforcer les pouvoirs du gouvernement et accorder une série de droits nouveaux.

ob/gk/sw

PLUS:hp