NOUVELLES

Libye: une milice islamiste est ciblée par des frappes aériennes

28/05/2014 12:49 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

TRIPOLI, Libye - Des avions de chasse libyens ont bombardé mercredi le camp d'une milice islamiste de Benghazi, dans l'est de la Libye, dans le cadre de l'offensive lancée par un général rebelle.

Deux frappes aériennes ont touché le camp de la milice 17 Février et une épaisse colonne de fumée s'est élevée dans le ciel, selon ce que rapportent un responsable de la sécurité et des témoins.

Des résidants paniqués ont pris la fuite quand les miliciens ont répliqué avec des canons anti-aériens.

Même si les frappes étaient l'oeuvre d'avions gouvernementaux, elles font probablement partie de la campagne du général Khalifa Hifter, qui vise à écraser les milices islamistes et les parlementaires qui leur sont possiblement alliés. Les bases aérienne de l'est du pays se sont ralliées au général Hifter, dont l'offensive a débuté le 16 mai à Benghazi.

Fondée par l'islamiste Fawzi Abou Katef, la milice 17 Février avait été attaquée une première fois par les forces du général Hifter le 16 mai. Elle est issue des brigades rebelles qui ont renversé le régime du dictateur Mouammar Kadhafi.

Les frappes aériennes surviennent après qu'un groupe affilié à Al-Qaïda, Ansar al-Shariah, ait promis mardi de combattre les hommes du général Hifter et d'«ouvrir les portes de l'enfer» si son offensive se poursuit. Le groupe a aussi prévenu les États-Unis et des pays arabes comme l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis de s'abstenir d'appuyer le général rebelle.

Ansar al-Shariah a été lié à l'attentat perpétré le 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi. Quatre Américains avaient alors été tués, dont l'ambassadeur Chris Stevens.

La querelle se poursuit également sur la scène politique. Le premier ministre par intérim Ahmed Matiq, dont la résidence a été attaquée plus tôt cette semaine, devait présenter son nouveau gouvernement au Parlement, mais on ne sait pas si son prédécesseur, Abdullah al-Thinni, acceptera de lui céder sa place. M. Matiq a été élu par les parlementaires islamistes, lors d'un vote que les parlementaires non-islamistes jugent illégitime.

Le département d'État des États-Unis recommande à ses citoyens de quitter la Libye dans les plus brefs délais. Le navire USS Bataan a été redéployé dans la Méditérrannée et pourrait participer à une éventuelle évacuation. Pour sa part, le gouvernement canadien a conseillé, la semaine dernière, d'éviter tout voyage non essentiel en Libye, surtout dans la région de Benghazi.

PLUS:pc