Le gouvernement libéral ne vendra pas d'actifs d'Hydro-Québec. Le premier ministre Philippe Couillard l'a confirmé aujourd'hui, alors qu'il répondait à une question du leader de l'opposition officielle Stéphane Bédard.

« Est-ce que le premier ministre écarte la vente totale ou partielle d'Hydro-Québec dans le cadre des discussions de son comité fantôme? », a demandé Stéphane Bédard.

« Il n'y aura pas de mise en vente d'actifs. Ce n'est pas ça la solution aux problèmes chroniques, financiers et économiques du Québec. Et, c'est un atout considérable pour le Québec de compter sur cette société d'État qui amène des revenus considérables et leur mise en vente. Ça a été vu ailleurs, n'est pas nécessairement à l'avantage des citoyens. » — Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Fin avril, Philippe Couillard avait été beaucoup moins catégorique à ce sujet, déclarant qu'à court terme il n'était pas dans les cartons du gouvernement de procéder à la vente d'actifs de la société d'État.

L'idée de vendre des actifs d'Hydro-Québec, ou encore de la Société des alcools du Québec (SAQ), pour réduire la dette du Québec avait surgi notamment dans le rapport Godbout-Montmarquette sur les finances publiques. Les auteurs de ce rapport, publié en avril, avaient évoqué cette possibilité, tout en précisant qu'il ne s'agissait pas d'une solution de premier recours.

« Dans l'éventualité où l'examen des programmes, des processus et des structures ne permettrait pas de dégager les sommes requises en matière de contrôle des dépenses, le gouvernement n'aurait pas d'autres choix, en l'absence de hausses d'impôt, que d'envisager de vendre des actifs. [...] À titre d'exemple, le gouvernement pourrait songer à ouvrir jusqu'à 10 % du capital de la Société des alcools du Québec ou d'Hydro-Québec aux Québécois. » — Extrait du rapport Godbout-Montmarquette sur les finances publiques

La SAQ a conclu son exercice financier 2012-2013 avec un résultat net de 1,030 milliard de dollars, une progression de 3,1 % par rapport à l'exercice précédent. Quant à Hydro-Québec, elle affichait des profits nets de 1,360 milliard de dollars pour l'hiver 2013, ce qui représente une hausse de 24 millions de dollars par rapport aux résultats de 1,336 milliards annoncés pour la même période, en 2012.

Loading Slideshow...
  • Le centre-ville de Montréal

  • Aperçu du siège social d'Hydro-Québec

  • Thierry Vandal, le président-directeur général d'Hydro-Québec

  • Lise Croteau, vice-présidente comptabilité et contrôle d'Hydro-Québec


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?