NOUVELLES

France: fin de la garde à vue d'un proche de Sarkozy pour son rôle dans un arbitrage financier controversé

28/05/2014 09:31 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

La garde à vue d'un membre du premier cercle de l'ex-président français Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, qui durait depuis lundi, a été levée mercredi et il sera convoqué ultérieurement par les juges qui enquêtent sur un arbitrage financier controversé en faveur de l'homme d'affaires Bernard Tapie.

M. Guéant, qui pourrait être inculpé, avait été placé en garde à vue lundi matin et entendu ensuite dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire parisienne.

Il s'agissait de la deuxième garde à vue pour cet ancien grand commis de l'Etat âgé de 69 ans, après celle subie en décembre dans une enquête sur des primes en liquide qu'il aurait perçues entre 2002 et 2004 lorsqu'il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur.

Les enquêteurs s'interrogent cette fois sur le rôle que Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée (2007-2011 - un poste pivot dans la gestion de la présidence), a joué dans la décision à l'automne 2007 de préférer un tribunal privé à la justice ordinaire pour régler un vieux différend entre la banque Crédit Lyonnais et Bernard Tapie sur la revente du groupe Adidas.

Les enquêteurs se demandent notamment si M. Guéant a pesé dans la décision de ne pas contester la sentence qui octroyait plus de 400 millions d'euros à l'homme d'affaires et s'il a été sollicité pour que le fruit de l'arbitrage soit soumis à une fiscalité indulgente.

Les juges soupçonnent la sentence d'être le fruit d'un "simulacre" d'arbitrage organisé avec l'aval de la présidence française.

Dans cette affaire, ont été pour l'heure inculpées pour escroquerie en bande organisée cinq personnes dont Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne, un des trois juges-arbitres, et l'ancien directeur de cabinet de l'ex-ministre française de l'Economie Christine Lagarde, Stéphane Richard.

Christine Lagarde a de son côté été placée sous le statut intermédiaire de "témoin assisté" (entre celui de témoin et celui d'inculpé), ce qui lui permet de rester à la tête du Fonds monétaire international (FMI).

pta-ng/via/at/blb/plh

PLUS:hp