NOUVELLES

Transcontinental pourra mettre la main sur 74 journaux hebdomadaires de Québecor, confirme le le Bureau de la concurrence

28/05/2014 03:34 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT
Radio-Canada.ca

TC Transcontinental pourra mettre la main les 74 journaux hebdomadaires québécois de Sun Media, une filiale de Québecor mais l'imprimeur québécois devra ensuite se départir de certaines publications.

Dans une décision rendue mercredi, le Bureau de la concurrence a donné un feu vert conditionnel à la transaction de 75 millions de dollars annoncée en décembre dernier, imposant à Transcontinental de vendre 34 des 154 hebdomadaires de son portefeuille, dont certains achetés de Sun Media.

Le Bureau explique sa décision par une volonté de préserver la concurrence en ce qui a trait à la vente de publicité dans les journaux communautaires de plusieurs régions du Québec.

« Le Bureau comprend que la population de nombreuses localités est préoccupée et ne veut pas perdre son journal local », souligne le commissaire de la concurrence John Pecman, dans la décision.

Ainsi, au moins un journal devra être mis en vente - pendant 60 jours - dans chaque marché régional où l'agence fédérale a conclu que cette transaction risquait d'empêcher ou de diminuer la concurrence à l'égard de l'espace publicitaire dans les hebdomadaires.

L'agence fédérale impose également à Transcontinental de vendre « sans prix plancher » à tout acheteur potentiel en plus de fournir sur demande des services de distribution ainsi que d'impression pour une période donnée.

Par l'entremise d'un fiduciaire indépendant, Transcontinental mettra en vente 12 journaux communautaires qu'elle détient actuellement ainsi que 22 autres achetés de Sun Media. Dans la grande majorité des cas, il s'agit de marchés où Transcontinental et Québecor étaient en concurrence.

« C'est la décision du Bureau puisque ce sont eux qui ont choisi les journaux à mettre en vente, a souligné la directrice principale responsable des relations avec les investisseurs de Transcontinental, Jennifer McCaughey, lors d'un entretien. Nous nous soumettons à ce qui nous a été demandé. »

L'imprimeur québécois pourra conserver certaines publications concernées par la décision du Bureau si aucun acheteur ne devait se manifester au cours de la période de 60 jours déterminée par l'agence fédérale.

« En dépit de l'exigence de mettre en vente certains journaux, cette transaction permettra d'ajouter environ 20 millions de dollars au résultat opérationnel avant amortissement de Transcontinental et de poursuivre le développement d'une offre locale de médias multiplateformes », a indiqué son président et chef de la direction, François Olivier.

Lors de l'annonce de la transaction, en décembre dernier, M. Olivier avait ouvert la porte à des fusions de publications dans les marchés où l'entreprise en possédait plus d'une.

Mme McCaughey - qui a indiqué que la transaction avec Québecor devrait être conclue très prochainement - n'a pas voulu s'avancer sur la stratégie de l'entreprise. « À ce moment-ci, nous devons attendre 60 jours, a-t-elle dit. À la fin de cette période, on verra ce qui nous reste dans notre portefeuille. Nous allons évaluer, mais pour l'instant, on ne peut pas prendre de décision. »

En décembre, l'entreprise établie à Montréal estimait que la transaction allait faire en sorte que quelque 600 nouveaux collaborateurs allaient se greffer aux 1000 employés oeuvrant pour Transcontinental dans les marchés locaux de la province.

Québecor n'a pas voulu commenter la décision du Bureau, indiquant qu'elle concernant l'agence fédérale ainsi que Transcontinental.

Dvai Ghose, de Cannacord Genuity, a estimé qu'il s'agissait d'une bonne nouvelle pour Québecor. « Nous pensons que de la décision de se départir d'un ancien actif est une stratégie positive et nous espérons voir QMI vendre d'autres journaux », écrit l'analyste dans un rapport envoyé par courriel.

De son côté, Haran Posner, de RBC Marchés des capitaux, a indiqué qu'il s'attendait à des fusions de publications.

Quant à la décision de Québecor de se retirer du secteur, la distribution à domicile des dépliants publicitaires - une décision annoncée dans la foulée de la vente des journaux communautaires - le Bureau estime que cette décision est « peu susceptible d'empêcher ou de diminuer sensiblement la concurrence ».

En fin d'avant-midi, à la Bourse de Toronto, le titre de Transcontinental reculait de 20 cents, à 14,85 $, alors que l'action de Québecor gagnait 15 cents, à 26,65 $.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les radiodiffuseurs publics les mieux financés par habitant