NOUVELLES

Alstom: General Electric s'engage à créer 1.000 emplois en France

28/05/2014 05:13 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

General Electric s'est engagé à créer 1.000 emplois en France s'il parvient à racheter le pôle énergie d'Alstom, a-t-on appris mercredi, à l'issue d'une rencontre entre le président français François Hollande et le PDG du conglomérat américain Jeffrey Immelt.

"General Electric s'engage à créer 1.000 emplois en France", a indiqué une source proche du dossier à l'AFP en précisant qu'il s'agissait d'"emplois industriels".

Un peu plus tôt, la présidence française avait fait savoir que l'offre de General Electric avait été "améliorée" tout en soulignant qu'il restait "du travail à accomplir au cours des prochaines semaines".

C'était la deuxième fois que le patron de GE était reçu à l'Elysée depuis que le conglomérat américain a formalisé son offre d'un montant de 12,35 milliards d'euros pour racheter les activité d'énergie du fleuron industriel français fin avril.

La semaine dernière, il avait décidé de prolonger de trois semaines le délai d'examen de son offre, jusqu'au 23 juin, pour convaincre le gouvernement français de sa pertinence.

L'industriel allemand Siemens s'est aussi invité dans les discussions, avec le soutien de Paris et Berlin, indiquant mardi qu'il envisageait de déposer une offre sur la table le 16 juin au plus tard si elle était examinée équitablement.

"On travaille avec la perspective de deux propositions", a-t-on souligné à l'Elysée.

L'Etat a demandé aux prétendants davantage de garanties sur l'emploi et le devenir du pôle transport d'Alstom, qui se retrouverait seul en cas de cession du pôle énergie qui représente environ 70% du chiffre d'affaires total.

"Le processus qui s'est engagé à permis déjà d'améliorer les choses, par contre il y a encore beaucoup à faire", a insisté la présidence.

mpa/ih/alc/fw

ALSTOM

GENERAL ELECTRIC

PLUS:hp