NOUVELLES

Alain Vigneault était moins conciliant au lendemain de l'incident Moore-Weise

28/05/2014 02:48 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - Alain Vigneault avait quelque peu changé son fusil d'épaule, mercredi, en ce qui concerne sa façon de voir le coup qu'a porté le défenseur des Rangers John Moore à la tête de l'attaquant du Canadien Dale Weise.

Après le match de mardi au Centre Bell, l'entraîneur des Rangers avait semblé reconnaître que la pénalité de cinq minutes et l'expulsion de la rencontre imposées par les arbitres étaient des sanctions justes pour le geste posé, tout en précisant que Moore n'est «pas ce genre de joueur».

Mercredi matin, quelques heures avant que la LNH ne punisse Moore en lui imposant une suspension de deux matchs, Vigneault a toutefois cherché longuement à atténuer le geste de son joueur.

«Je connais les standards de la ligue parce que j'ai été impliqué dans un cas il y a quelques années dans une série entre Boston et Vancouver, et ça ne rencontre pas les standards de la LNH en ce qui concerne le fait qu'il s'agirait d'un coup porté en retard», a déclaré le vétéran entraîneur dans un hôtel montréalais avant que son équipe ne retourne à New York en vue du sixième match de la série, qui sera disputé jeudi soir à Madison Square Garden.

«Johnny l'a heurté un peu haut sur la poitrine, et le joueur ne l'a pas vu venir. Les pénalités qui ont été imposées sur le coup sont probablement méritées. À part ça, je ne vois pas ce que ça pourrait mériter de plus, mais j'ai eu des surprises par le passé. On verra ce qui arrivera.»

Vigneault a également été réticent à admettre que le coup de Moore est provenu d'un angle mort.

«Le joueur ne l'a pas vu venir, évidemment, mais en même temps le gars admirait un peu la passe qu'il venait de faire. Malheureusement, c'était un coup et à cause de la force du coup, la tête a semblé sauter vers l'arrière un peu. Mais d'après ce que je connais des standards de la ligue et d'après ce que j'ai entendu sur le contact de (Brandon) Prust, où la dynamique était différente parce que (Derek) Stepan a été blessé... Je ne crois pas que le contexte soit le même dans ce cas-ci.»

Aux yeux des joueurs du Canadien, toutefois, l'incident Moore-Weise a beaucoup de similitudes avec le cas Prust-Stepan. Et ce, même si Weise est revenu au jeu après l'incident de mardi.

«Ça ressemblait un peu (au coup) de Prust, alors j'imagine que ça va être un peu la même conséquence, a carrément avancé David Desharnais, mercredi, au Complexe sportif Bell à Brossard. Et c'est un peu normal qu'ils disent les mêmes choses sur ça que nous, on a dites sur Prust.»

«Quand un joueur perd son casque comme ça, c'est habituellement parce qu'il y a eu contact à la tête, a noté Josh Gorges. Mais la décision ne revient à personne dans ce vestiaire, ni dans celui des Rangers. C'est à la ligue de statuer.»

Même s'il y a eu guerre de mots ces derniers jours entre Vigneault et Michel Therrien, l'entraîneur du Canadien n'a pas été outré par les déclarations de son homologue.

«C'est normal, il agit comme tout entraîneur qui cherche à protéger son joueur, a dit Therrien. Mais tout le monde a vu ce qui est arrivé.»

Lars Eller a lui aussi cité la ligne du parti, à savoir qu'il revenait à la ligue de trancher.

«Je n'ai pas commenté beaucoup après le contact de Prust sur Stepan, et je n'ai pas dit grand-chose quand j'ai été frappé l'an dernier (dans la série contre les Sénateurs d'Ottawa). La ligue va regarder ça et ils vont prendre leur décision, et en attendant je ne préfère pas commenter l'opinion de Vigneault dans les médias, a réagi l'attaquant danois. Tout le monde a droit à son opinion, mais c'est à la ligue de décider et ça finit là.»

PLUS:pc