NOUVELLES

Pas question de réduire la taille de la fonction publique, dit Kathleen Wynne

27/05/2014 06:44 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

TORONTO - Le secteur public en Ontario serait «au moins aussi important» après quatre autres années de gouvernement libéral, a affirmé mardi la première ministre sortante, Kathleen Wynne, en promettant d'embaucher des infirmières et des enseignants tout en éliminant le déficit de 12,5 milliards $ en 2017-2018.

Mme Wynne a tenu à préciser, mardi, ses propos tenus la veille alors qu'on lui demandait si les libéraux couperaient des emplois du secteur public pour parvenir à l'équilibre budgétaire.

«Il y a un seul parti qui propose un programme pour couper des emplois du secteur public, et c'est le Parti progressiste-conservateur, a dit Mme Wynne après avoir fait campagne dans une école de Sault-Sainte-Marie en vue des élections du 12 juin. Est-ce que nous mettrions en vigueur un programme de mises à pied? Absolument pas.»

Le chef progressiste-conservateur, Tim Hudak, a fait de la création d'emplois le seul véritable enjeu de sa campagne, promettant de créer un million d'emplois en huit ans, tout en admettant que la moitié de ces postes serait de toute façon générée par la croissance économique.

Mais une portion du programme de M. Hudak appelle à l'élimination de 100 000 postes du secteur public sur quatre ans afin d'atteindre l'équilibre budgétaire un an avant le moment prévu par les libéraux.

Selon Mme Wynne, le plan progressiste-conservateur signifierait des coupes importantes en santé et en éducation, et elle dit craindre de voir plus d'élèves dans les classes et moins d'enseignants. Les libéraux continueraient pour leur part d'embaucher davantage de travailleurs du secteur public, a-t-elle soutenu.

«Si les gens aimaient Mike Harris, ils adoreront Tim Hudak», a lancé la chef libérale, disant croire que le chef progressiste-conservateur couperait de façon encore plus marquée que l'ancien premier ministre conservateur de la province de 1995 à 2002.

Les progressistes-conservateurs ont soutenu que Mme Wynne sait très bien que les libéraux devraient couper 3 milliards $ dans les dépenses pour équilibrer le budget, ajoutant qu'ils ne pourraient respecter leurs promesses de campagne sans augmenter l'impôt de la classe moyenne ou sans repousser l'échéance de l'élimination du déficit.

«Elle n'est pas honnête. Je crois que le seul emploi qu'elle veut sauver présentement est le sien», a déclaré le porte-parole progressiste-conservateur en matière de finances, Vic Fedeli.

La chef du Nouveau Parti démocratique, Andrea Horwath, a déclaré que l'enjeu principal de la campagne était la corruption, après que «les libéraux eurent dépensé 1 milliard $ pour sauver leurs propres emplois» en annulant deux projets impopulaires de centrales thermiques. «Cette campagne porte vraiment sur le nettoyage de la corruption à Queen's Park», a-t-elle martelé.

PLUS:pc