NOUVELLES

Keystone XL : les autorités américaines ajoutent deux conditions après la découverte de défauts

27/05/2014 08:48 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
File - In this Oct. 4, 2012 file photo, large sections of pipe are shown in Sumner Texas. Safety regulators have quietly placed two extra conditions on construction of TransCanada Corp.’s Keystone XL oil pipeline after learning of potentially dangerous construction defects involving the pipeline’s southern leg. The new conditions were added four months after the pipeline safety agency sent TransCanada two warning letters about defects and other construction problems on the Keystone Gulf Coast Pipeline, which extends from Oklahoma to the Texas Gulf Coast. (AP Photo/Tony Gutierrez, file)

WASHINGTON - Les autorités américaines ont discrètement ajouté deux conditions à la construction de l'oléoduc Keystone XL, après avoir appris l'existence de défauts de construction sur la partie sud du projet qui permettrait d'expédier le pétrole de l'Alberta vers les raffineries du Texas.

Une grande quantité de mauvaises soudures, de tuyaux bosselés et le revêtement endommagé du conduit ont été réparés, mais l'administration fédérale américaine responsable des oléoducs et des matériaux dangereux veut s'assurer que des problèmes semblables ne surviennent pas durant la possible construction de la partie nord de l'oléoduc, en attente de la décision du président Barack Obama.

L'une des deux nouvelles conditions impose à la compagnie TransCanada d'embaucher une entreprise désignée par l'agence de sécurité pour superviser la construction et fournir des rapports au gouvernement américain.

La seconde condition exige de TransCanada qu'elle adopte un programme de qualité de gestion pour s'assurer que «cet oléoduc soit construit dès le début en fonction des plus hauts standards par le personnel de Keystone et par ses nombreux entrepreneurs».

Les conditions se trouvent à la fin des 26 annexes d'un volumineux rapport d'impact environnemental déposé le 31 janvier par le département d'État.

La majeure partie de l'annexe Z porte sur 57 «conditions spéciales» bien connues auxquelles TransCanada a accepté de se plier il y a trois ans. Les conditions 58 et 59, toutefois, figurent sur une page distincte.

Selon l'analyste en matière de ressources énergétiques Kevin Book, ces conditions ont été ajoutées sans annonce, quatre mois après que l'agence de la sécurité des oléoducs eut envoyé des lettres à TransCanada à propos des défauts et problèmes de construction sur l'oléoduc Keystone Gulf Coast, qui s'étend de l'Oklahoma à la côte du golfe du Mexique, au Texas.

Une de ces lettres soutient que TransCanada n'utilisait pas des procédures approuvées en matière de soudure pour connecter les tuyaux et que la compagnie avait embauché des soudeurs non qualifiés pour le projet.

Dans un courriel, le porte-parole de TransCanada, Devis Sheremata, a affirmé qu'il ne fallait pas faire de liens entre la construction de la portion nord de l'oléoduc et les problèmes de construction de la portion sud, qui sont «un dossier distinct».

Un porte-parole de l'agence de la sécurité des oléoducs a, pour sa part, expliqué que les conditions additionnelles étaient le résultat «d'observations sur le terrain durant les projets de construction de plusieurs opérateurs d'oléoducs au cours des dernières années».

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines